Falling Kingdoms, book 5 : Crystal Storm, by Morgan Rhodes

couv2295782

Attention ! Risque de spoilers sur les tomes précédents !

Résumé (traduction personnelle) : AMARA s’est emparé du trône de Mytica, mais alors qu’elle se bat pour libérer la puissante magie de l’unique gemme qu’elle possède, ses ennemis se rapprochent – à commencer par Ashur, le frère qu’elle pensait avoir tué.

JONAS est de retour à Mytica avec son groupe de rebelles et prévoit de reverser Amara, mais le destin en décide autrement : il va tomber sur la princesse Lucia et décide de la rejoindre dans son voyage périlleux.

LUCIA a échappé à l’emprise du Dieu du feu, mais ses pouvoirs déclinent, et le temps est compté pour réaliser la prophétie écrite pour elle et l’enfant qu’elle porte.

MAGNUS et CLEO doivent mettre à l’épreuve leur amour et se faire confiance, alors que Gaius est de retour à Mytica affirmant qu’il a changé et qu’il est à la recherche de rédemption.

Alors qu’une tempête se prépare et que les ténèbres s’abattent sur les royaumes, une terrible épreuve décidera de l’avenir de Mytica.

Mon avis : Frustrée de devoir attendre une traduction qui n’arrivera sans doute jamais, j’ai décidé de poursuivre cette saga en VO. Et quel plaisir de replonger dans un univers aussi merveilleux ! J’ai à la fois dévoré et savouré ce cinquième opus, qui ne fait que confirmer une certitude déjà acquise : The Falling Kingdoms fait partie de mes sagas favorites, incontournables et qui jamais ne me déçoivent ! Ce tome 5 est un véritable coup de cœur !

J’avais tellement hâte de retrouver les personnages qui m’avaient tant fait vibrer durant quatre volumes, mais en même temps j’avais de grandes attentes envers eux dans cet avant dernier tome ! Mais je vous rassure d’emblée, ils ont tous tenu leurs promesses et même plus encore. Commençons tout d’abord par les quatre personnages principaux que l’on suit depuis le tout début.

Si j’ai toujours grandement apprécié le personnage de Jonas, je trouvais malheureusement qu’il n’était plus indispensable à la saga. Toutefois, l’auteure a réussi à me prouver le contraire dans Crystal Storm. Jonas retrouve une place plus importante, de nouveaux enjeux gravitent autour de lui, pour mon plus grand plaisir ! C’est toujours avec un immense plaisir que je lis les points de vue de Jonas, tant j’aime son côté très terre-à-terre, et même parfois sarcastique ! C’est un personnage qui a fait du chemin depuis le tome 1, et dans ce tome 5 Jonas n’est plus le garçon que l’on avait connu, il est véritablement devenu un homme. Ses chapitres sont pleins de surprises et de rebondissements, je suis tellement curieuse et impatiente de savoir ce que lui réserve Morgan Rhodes dans le dernier volume !

Bon, s’il y avait bien un personnage que je n’avais pas hâte de retrouver, c’est bien celui de Lucia. Elle et moi, cela n’a jamais fonctionné. Une fois de plus, la jeune enchanteresse a mis mes nerfs à rude épreuve MAIS je dois reconnaitre que sur la fin, elle a commencé à davantage me plaire et à m’intéresser. L’auteure réussira-t-elle l’impossible dans le tome 6 ? Me faire apprécier le personnage si particulier de Lucia ?

Il est temps désormais d’évoquer le duo que j’attendais tant, qui fait battre mon cœur de plaisir et d’excitation. Dans ce tome 5, Cleo et Magnus sont mis à rude épreuve. Morgan Rhodes ne les ménage pas, et c’est tant mieux ! C’est dans l’adversité que je les apprécie encore plus. Le lien qui les unit va être extrêmement développé dans cette suite, et l’auteure nous réserve de magnifiques scènes. Les chapitres du point de vue de Cleo et de Magnus sont tout bonnement géniaux. (Comprenez que je fais un effort surhumain pour ne pas hurler et sauter partout telle une véritable fangirl !)

Pour ce qui est des personnages plus secondaires, je suis là aussi comblée. Amara a gagné en complexité, on a du mal à cerner ses véritables intentions mais c’est un personnage qui intrigue énormément. Gaius, le Roi du Sang, est de plus en plus ambigu et totalement déstabilisant ! Je ne sais vraiment pas quoi penser de lui, mais cela ne m’empêche pas de saluer son évolution constante et captivante. D’autres personnages se font plus discrets dans ce tome 5, tels que Felix, Nic ou encore Ashur mais leur présence fait du bien.

L’écriture de Morgan Rhodes est totalement captivante. J’ai toujours aimé son style fluide et agréable, mais ici je l’ai trouvé bien plus vif et plus prenant. Est-ce la version originale qui veut cela ? Je l’ignore, tout ce que je sais c’est que j’étais sous l’emprise de sa plume du début à la fin.

En ce qui concerne l’intrigue, elle a bien évolué. Les enjeux se font toujours plus grands, les sacrifices toujours plus terribles. L’univers créé par Morgan Rhodes n’a de cesse de m’éblouir à chaque fois, je m’émerveille devant tant de complexité et de maîtrise. L’auteure tire les ficelles de son intrigue d’une main de maître, n’hésitant pas à user de rebondissements tous plus inattendus les uns que les autres. Dans Crystal Storm, notre cœur de lecteur est mis à rude épreuve par une multitude d’émotions. Mon cœur a bien failli lâcher plus d’une fois au détour d’une page, lorsqu’un suspense immense survient, ou au détour d’une phrase tellement belle qu’elle nous coupe le souffle. Ce tome est rempli de péripéties, de retournements de situation insoupçonnables et d’alliances improbables, alors forcément il était impossible pour moi de le lâcher ne serait-ce qu’une seule seconde. Et pourtant, l’inévitable est arrivé : il a bien fallu refermer ce livre à la toute fin. Et quelle fin ! Quelle superbe et abominable fin ! J’en viens sérieusement à me questionner sur l’auteure : a-t-elle un cœur pour nous abandonner aussi lâchement à un tel moment ?

Bilan : Crystal Storm est un véritable coup de cœur. Je crois que je tombe un peu plus amoureuse de cette saga à chacun des tomes ♥ Morgan Rhodes confirme une fois de plus qu’elle maîtrise parfaitement l’art de manipuler son lecteur, de le surprendre jusqu’à la dernière ligne. Elle nous offre des personnages tous différents les uns des autres, avec des qualités et des défauts qui les rendent tellement humains. Vivement la suite et fin en décembre !

Note : 10/10

g83

 

Tout n’est pas perdu, de Wendy Walker

couv17670802

Résumé : Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Mon avis : Ce roman est tombé entre mes mains totalement par hasard, et je ne l’avais pas vraiment repéré sur la blogosphère. Si le résumé m’a tout de suite intriguée, je dois reconnaitre que je ne m’attendais pas à me retrouver face à un thriller psychologique aussi bien ficelé et fichtrement original ! J’ai adoré, et on frôle le coup de cœur avec Tout n’est pas perdu !

Alors que la jeune Jenny a été victime d’un viol atroce et de mutilations, sa mémoire est effacée à la suite d’un traitement « miracle ». Pourtant Jenny continue de se sentir terriblement mal, au point de tenter de mettre fin à ses jours. Ses parents, inquiets et désespérés, décident qu’il est temps pour elle de consulter un thérapeute qui pourrait lui permettre de recouvrer les souvenirs de cette terrible nuit pour lui permettre ainsi d’avancer.

La grosse originalité du roman, c’est que celui-ci se déroule exclusivement dans le cabinet d’un psychiatre, Alan Forrester. Il n’y a donc pas réellement de dialogues, seulement les discussions que nous rapporte Alan entre lui et ses patients. C’est donc dans son cabinet, et au travers de sa voix, que l’on va suivre l’histoire du viol de la jeune Jenny et les ravages que celui-ci a provoqué dans son entourage.

C’est un roman très particulier, car même à la fin, je trouve qu’on peut difficilement parler de thriller. Tout est extrêmement psychologique, l’ambiance est très pesante par moment et souvent le lecteur se sent mal à l’aise. Mais l’auteure est parvenue à nous embarquer dans son bouquin sans peine et le jargon technique, ainsi que les nombreuses explications sur les mécanismes de la mémoire nous permettent de nous immerger totalement dans l’univers psychiatrique.

Les personnages nous apparaissent de manière très particulière. En effet, ils vont faire des confidences à Alan au fil des pages, si bien qu’on va les connaitre d’une manière très intime et sous un jour nouveau. Si Alan tente de rester neutre et professionnel, on ne peut pas s’empêcher de juger certains protagonistes ou de ressentir de la pitié pour d’autres. Wendy Walker sait faire monter la tension et le soupçon, on doute de tout et de tout le monde. Les personnages sont-ils réellement honnêtes ? Le coupable se trouvent-ils parmi eux ?

J’ai particulièrement aimé le personnage de Jenny, que j’ai trouvé très touchant. J’ai eu plus de mal avec la mère de la jeune fille, mais je dois reconnaitre que c’est un personnage très travaillé avec une psychologie finement mûrie. J’ai adoré le personnage de Sean, qui apporte un véritable plus au roman.

Alan, le narrateur, est absolument génial. Au départ, il est totalement extérieur à l’histoire et ne fait que relater ce que lui disent ses patients. Pourtant au fil des pages, son implication va grandir et il va devenir un protagoniste à part entière de l’intrigue. J’ai adoré cette évolution passionnante et inattendue !

Vous l’aurez compris, ce roman n’est pas bourré d’action vu qu’il se passe essentiellement dans le cabinet d’Alan. Pourtant, grâce à un style d’écriture incisif et parfois brutal, à un suspense qui monte crescendo, l’auteure a su créer une atmosphère oppressante et un sentiment d’urgence chez son lecteur : on veut savoir ! Pour moi, tout bascule à compter d’un retournement de situation inattendu vers la moitié du livre. A partir de cet instant, impossible de lâcher ce thriller psychologique tant la tension est à son maximum et menace de tout exploser sur son passage ! Plus on s’approche de la fin, plus les pièces du puzzle s’assemblent. Lorsque la révélation finale tombe, on reste pantois, choqué. Tout n’est pas perdu n’est pas un roman que j’oublierai de si tôt. Wendy Walker, tout en traitant le sujet du viol et de la mémoire, a également évoqué d’autres thèmes tels que les relations conjugales, les troubles post-traumatiques et bien d’autres.

Bilan : Un thriller psychologique finement mené, avec des personnages ambigus et une narration très particulière. Passionnant de bout en bout ! Un roman à ne pas manquer !

Note : 8.5/10

g13

Le Tribunal des Âmes, de Donato Carrisi

couv50770085

Résumé : Rome. Sa dolce vita, son Capitole, ses foules de pèlerins, ses hordes de touristes. Sa pluie battante, ses sombres ruelles, ses labyrinthes souterrains et ses meurtriers insaisissables.

Marcus est un homme sans passé. Sa spécialité : analyser les scènes de crime pour déceler le mal partout où il se terre. Il y a un an, il a été grièvement blessé et a perdu la mémoire. Aujourd’hui, il est le seul à pouvoir élucider la disparition d’une jeune étudiante kidnappée.

Sandra est enquêtrice photo pour la police scientifique. Elle aussi recueille les indices sur les lieux où la vie a dérapé. Il y a un an, son mari est tombé du haut d’un immeuble désaffecté. Elle n’a jamais tout à fait cru à un accident.

Leurs routes se croisent dans une église, devant un tableau du Caravage. Elles les mèneront à choisir entre la vengeance et le pardon, dans une ville qui bruisse encore de mille ans de crimes chuchotés au cœur du Vatican. À la frontière de la lumière et des ténèbres.

Mon avis : J’avais adoré Le Chuchoteur et L’Ecorchée de Donato Carrisi, j’étais donc extrêmement curieuse de lire Le Tribunal des Ames qui a connu un succès moins important que ses deux autres romans. Mon histoire avec ce thriller est bien particulière. Je l’avais commencé il y a plusieurs mois de cela, avant de l’abandonner non pas parce que je n’aimais pas, mais parce que j’étais dans une mauvaise période pour lire. J’ai eu subitement envie de m’y remettre et pourtant, je suis retombée dans une autre mauvaise période pour lire ! Entre les partiels et le job d’été que j’ai enchainé juste après, j’étais vraiment crevée et je n’avais pas trop la tête à lire. J’ai donc trainé Le Tribunal des Ames durant des jours et des jours tel un véritable boulet. En soi, j’ai conscience que l’histoire était bien, mais je ne peux pas dire que je l’ai appréciée malheureusement… J’aurais vraiment aimé le lire à un autre moment pour l’apprécier à sa juste valeur. Quel dommage !

Le roman met en scène deux personnages très différents que tout oppose au premier abord. Sandra, photographe pour scènes de crime, peine à remonter la pente suite à la mort de son mari. Alors que tout indiquait une mort accidentelle, voilà qu’un étrange appel la fait douter. Que lui cachait réellement David, son mari ? Qui aurait bien pu souhaiter sa mort ? Marcus, quant à lui, doit enquêter clandestinement sur la disparition d’une jeune étudiante. Il se remet difficilement d’une blessure par balle qui a provoqué chez lui une amnésie totale. Pourtant, s’il n’a plus de passé, ses capacités intellectuelles restent optimales pour découvrir la vérité sur la disparition de la jeune femme.

Les deux personnages ont chacun des personnalités très distinctes. Il a été assez difficile pour moi de cerner le personnage de Marcus, car lui-même ignore qui il est ! Son passé intrigue, on se pose au moins autant de questions que lui ! Outre cet intérêt naturel qu’il suscite de par son amnésie, j’ai trouvé le personnage assez fade. Il manquait un peu de personnalité à mon goût. J’ai davantage préféré le personnage de Sandra. J’ai trouvé la jeune femme très combative. En soi, elle n’est pas très originale et on croise souvent des enquêtrices de sa trempe dans les polars. Toutefois, cela fonctionne très bien ici. Je regrette un peu l’absence de personnages secondaires importants. A part Marcus et Sandra, très peu sont récurrents. J’ai malgré tout apprécié le personnage de Shalber qui ajoute du piment à l’histoire.

L’intrigue du Tribunal des Ames se complexifie au fur et à mesure que l’on tourne les pages. Si au départ on fait face à une enquête assez classique avec la disparition d’une jeune étudiante, on se rend rapidement compte que tout est bien plus compliqué qu’il n’y parait. Telles de véritables poupées russes, plusieurs intrigues s’imbriquent entre elles. Le lecteur peut être un peu décontenancé par les différentes directions que prend l’intrigue, mais l’auteur maîtrise cet art tellement bien qu’au final on n’est pas perdu du tout ! Donato Carrisi a su me surprendre avec ses rebondissements si bien amenés. La fin est très surprenante et nous laisse franchement sur le derrière ! Après cela, on n’a qu’une seule envie : lire Malefico, la suite directe du Tribunal des Ames.

Bilan : Un thriller bien mené, très surprenant, qui en séduira plus d’un ! A lire !

Note : 7.5/10

g11

Tu tueras le père, de Sandrone Dazieri

couv13890611

Résumé : Le père est là, dehors, quelque part. La cage est désormais aussi vaste que le monde, mais Dante est toujours son prisonnier.
Non loin de Rome, un homme affolé tente d’arrêter les voitures. Son fils de huit ans a disparu et le corps de sa femme gît, décapité, au fond d’une clairière.
Le commissaire Colomba Caselli ne croit pas à l’hypothèse du drame familial et fait appel à un expert en disparitions de personnes : Dante Torre. Kidnappé enfant, il a grandi enfermé dans un silo à grains avant de parvenir à s’échapper. Pendant des années, son seul contact avec l’extérieur a été son mystérieux geôlier, qu’il appelle « le Père ».
Colomba va confronter Dante à son pire cauchemar : dans cette affaire, il reconnaît la signature de ce Père jamais identifié, jamais arrêté…

Mon avis: J’avais une envie subite de lire un thriller, mais un bon ! J’ai tout de suite pensé à la collection de « La Bête Noire » qui propose des titres toujours plus alléchants. C’est sur Tu tueras le père que j’ai décidé de jeter mon dévolu, et je n’ai aucun regret ! Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un thriller aussi prenant !

La première chose qui me vient en tête en refermant ce livre, c’est combien les personnages sont géniaux ! Dante est un personnage très particulier, atypique et il faut le dire, unique en son genre. Je vous mets au défi d’en trouver un autre comme lui ! C’est un personnage névrosé, torturé et complétement fêlé. Je suis fan de sa personnalité étrange et décalée. Dante est un véritable plus pour le livre, il apporte cette touche d’inattendu et d’originalité dont le roman avait besoin. Pour ce qui est de Colomba, j’ai immédiatement accroché à la jeune flic. Elle en a bavé, certes, mais elle n’est pas du genre à s’apitoyer sur son sort ! C’est un personnage déterminé, combattif malgré ses blessures. Dante et Colomba forment un duo de choc. Ils sont très différents l’un de l’autre ; et pourtant ils se complètent à merveille. J’ai pris énormément de plaisir à leurs côtés. Leurs conversations sont jouissives, j’aime leur complicité et les piques qu’ils s’échangent !

Si on est parti d’une enquête assez classique sur la disparition d’un enfant, la suite l’est bien moins. L’auteur va aller de surprises en surprises, aussi bien sur l’enquête qui intéresse les protagonistes que sur le passé de ceux-ci. Ce bon gros pavé s’est donc laissé dévorer très rapidement, tant le récit était addictif ! Tu tueras le père est un thriller bourré d’action et de rebondissements, si bien qu’on frémit aux côtés des personnages, dont la vie est sans cesse mise en danger. Le rythme très soutenu du début à la fin nous maintient éveillé et nous empêche de nous ennuyer une seule seconde. Mais alors qu’on pensait que Sandrone Dazieri avait brûlé toutes ses cartouches, voilà qu’il nous tire une balle en plein cœur avec un rebondissement final qui nous laisse pantois ! Voilà qui me donne encore plus envie de lire la suite, Tu tueras l’ange, fraîchement parue et de retrouver le duo si passionnant que forment Dante et Colomba.

Bilan : Si ma chronique est aussi courte, c’est pour vous laisser tout le loisir de découvrir les surprises que réserve ce roman ! N’hésitez donc pas à vous jeter sur ce thriller, ne serait-ce que pour les personnages qui en valent plus que le détour !

Note : 9/10

g83

A découvert, d’Harlan Coben

couv15252348

Résumé : Mickey est en colère. Des événements tragiques l’obligent à vivre temporairement chez son oncle Myron, qu’il croit au moins en partie responsable de sa situation. En plus, Ashley, sa nouvelle petite amie, n’est pas venue en cours depuis des jours et ne donne plus signe de vie. Pire, à l’adresse où elle habitait personne ne semble la connaître. Mickey, qui a déjà vécu trop de séparations douloureuses, refuse de se laisser faire encore une fois. Il découvre bientôt qu’Ashley n’était pas vraiment la jeune fille timide dont il était tombé amoureux et qu’elle fréquentait un milieux dangereux. Mais, comme son oncle, il est tenace et peu regardant sur sa propre sécurité, jusqu’au moment où ses recherches ébranlent tout ce qu’il croyait savoir sur sa famille et mettent au jour une machination qui dépasse de loin tout ce qu’il pouvait imaginer. Mickey va avoir besoin d’aide… mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Mon avis : J’étais à la recherche d’une lecture sans prise de tête, et ma sœur m’a chaudement recommandée A découvert. Je dois reconnaitre qu’elle a visé juste, ce roman d’Harlan Coben était pile poil ce qu’il me fallait pour passer un bon moment !

Dès le début, on sent que la vie de Mickey Bolitar ne sera pas de tout repos. Entre son père qui est mort sous ses yeux, sa mère alcoolique et droguée et son oncle très influent et dont tout le monde se méfie, le jeune garçon n’a pas une adolescence facile. J’ai rapidement accroché à sa personnalité, c’est un personnage sans trop de surprise, mais on le suit malgré tout tête baissée sans trop se poser de questions. Mickey va former une drôle d’équipe avec Ema et Spoon, deux lycéens étranges et exclus. Les trois protagonistes m’ont bien amusée, malgré leur manque d’approfondissement.

Bon ne nous le cachons pas, l’intrigue n’est pas des plus exceptionnelles. La petite amie de Mickey a mystérieusement disparu, et il décide de se lancer à sa recherche en compagnie ses deux nouveaux amis. La plupart des péripéties sont relativement improbables, mais ce n’est pas dérangeant. On a conscience de ne pas lire un chef-d’œuvre mais plutôt une lecture détente.

Le roman se laisse lire sans difficulté, grâce à un style fluide et agréable et à beaucoup d’action. Les rebondissements sont très présents, et l’intrigue va prendre une tournure assez inattendue pour un roman jeunesse. J’ai été étonnée de voir l’intrigue gagner en complexité et en maturité au fur et à mesure que les pages se tournaient, c’est donc avec une grande curiosité que je lirai la suite !

Bilan : Un roman jeunesse sans prise de tête, avec quelques passages improbables, mais qui nous offre malgré tout un bon moment de détente. A lire.

Note : 7.5/10

 

g11

Zodiaque, tome 3 : Lune Noire, de Romina Russell

couv20461109

Résumé : Sur la planète du Cancer, comme dans le reste de la constellation du Zodiaque, l’astrologie régit la vie quotidienne. Pas de place pour l’imprévu, et encore moins pour une catastrophe…
Rhoma a ramené la paix dans l’espace grâce à sa victoire sur le groupe dissident du Marad. Mais le maître, son éminence grise, n’a pas été vaincu. Dans l’ombre, il continue d’œuvrer à la destruction du Zodiaque. La jeune fille s’embarque alors dans un nouveau voyage à travers la galaxie pour le traquer avant qu’il commette l’irréparable. Cette quête cache un deuxième objectif qui fait battre le cœur de Rhoma : trouver des informations sur sa mère, disparue depuis des années, mais qui lui apparaît pourtant toujours dans ses visions.

Mon avis : J’attendais la sortie de Lune Noire avec une grande impatience. Zodiaque est une saga que j’ai commencé un peu par hasard, et sans que ce soit un coup de cœur, elle a su me séduire au fur et à mesure des tomes pour devenir au final un de mes incontournables ! Avec ce troisième opus, Romina Russell est parvenue une fois de plus à m’embarquer dans son univers et à me faire frissonner !

Avant de débuter cette lecture, j’avais extrêmement hâte de retrouver les personnages qui font tout le charme du livre, à commencer par Rhoma. Depuis qu’elle a obtenu le titre d’Etoile Vagabonde, je la trouve beaucoup plus sûre d’elle et déterminée. Sa volonté de se battre pour le bien et la paix du Zodiaque est bien plus affirmée, et on sent que la jeune femme a beaucoup mûri avec toutes les épreuves qu’elle a durées. Rhoma est une héroïne facile à vivre, avec des convictions fortes et une personnalité attachante. J’aime vraiment beaucoup son personnage !

Lune Noire met également en scène une belle pelleté de personnages secondaires, tous plus intéressants les uns que les autres. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Stan, le frère de Rhoma. Jusque-là, on n’avait pas réellement eu l’occasion de le connaitre, mais dans ce tome sa personnalité et son charisme s’affirment. Bon ne nous le cachons pas, j’avais surtout très envie de revoir Matthias et Hysan, après le coup que leur a fait Rhoma à la fin du tome 2 ! Si j’ai toujours eu un fort penchant pour Matthias, c’est Hysan qui a pourtant fini par me séduire. En tout cas, ce sont deux personnages cardinaux qui font également la force du roman.

Le gros point positif de ce tome 3, c’est le bon en avant considérable qu’il fait. Tout d’abord, exit le triangle amoureux ! Rhoma fait ENFIN son choix entre les deux garçons, pour la plus grande joie du lecteur (et de Matthias et Hysan qui devaient en avoir assez d’être sans cesse dans le flou !). Ensuite, l’intrigue avec le Marad et Ochus évolue considérablement. L’auteure a certes complexifié davantage les choses en insérant de nouveaux personnages, de nouveaux enjeux mais elle a répondu à bon nombre de nos interrogations. Quelle merveille !

Le rythme de Lune Noire est relativement identique aux tomes précédents : un début assez calme et un final détonnant bourré d’action ! L’auteure sait faire monter la tension crescendo, et joue avec les nerfs du lecteur jusqu’à la dernière page ! En lisant ce tome 3, j’étais réellement immergée dans l’univers de Zodiaque, les yeux ébahis de découvrir à chaque page la complexité et la merveille que recèle ce monde.  La mythologie du Zodiaque est une fois de plus très bien exploitée, et nous réserve sans cesse plus de surprises. L’auteure ne lésine pas sur les retournements de situation et ne ménage pas ses personnages. En tout cas, elle nous laisse sur un final détonnant qui nous en met plein les yeux. Après une telle fin, on ne peut qu’espérer avoir rapidement la suite et fin entre les mains !

Bilan : Un tome 3 à la hauteur de la saga, qui apporte des réponses à nos questions et met les personnages à rude épreuve. J’ai adoré !

Note : 8.5/10

 

g13

Treize Raisons, de Jay Asher

couv30879968

Résumé : Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

Mon avis : Depuis la diffusion de Thirteen Reasons Why qui fait beaucoup parler d’elle, j’avais bien envie de me lancer dans cette série mais avant je voulais me pencher sur le roman, qui trainait de toute façon dans ma PAL depuis des lustres. Je suis vraiment contente de l’en avoir sorti, même si je n’ai pas été emballée à 100%.

Tout d’abord, je dois dire que le concept est extrêmement séduisant. J’aime l’idée qu’Hannah Baker, une jeune adolescente en détresse, décide d’enregistrer des cassettes avec pour idée de les envoyer aux treize personnes qu’elle juge plus ou moins responsable de son suicide. C’est assez horrible quand on y pense, car on ne peut pas réellement rendre responsable autant de personnes pour un geste aussi personnel. Toutefois l’idée, aussi osée soit elle, m’a plu et j’avais vraiment envie de connaitre les treize raisons qui ont poussées Hannah à commettre cet acte terrible.

Ensuite, j’ai plutôt apprécié le personnage de Clay, le narrateur qui reçoit les cassettes. C’est un héros assez discret au final, on en sait peu sur lui au départ et on le découvre davantage au fil de l’écoute des cassettes laissées par Hannah. Le véritable personnage du roman est en réalité Hannah. C’est le personnage central, la colonne vertébrale du livre, et pourtant j’ai eu beaucoup de mal avec elle. Elle se place très souvent en victime, et je suis d’accord avec elle sur le fait que certaines situations étaient tout bonnement inacceptables. Mais au final, la moitié des raisons qu’elle invoquait pour justifier son suicide n’étaient pour moi pas suffisantes, pas crédibles. Elle reproche à certains personnages des faits mineurs, réalisés sans réfléchir et sans réelle volonté de la blesser. D’ailleurs, je ne comprends même pas ce qu’elle peut vraiment reprocher à certains ! Hannah parle de l’effet « boule de neige », et elle justifie son geste par cette accumulation de petits événements. Mais en même temps, elle s’était elle-même placée dans certaines situations. Je ne dis pas qu’elle l’a bien cherchée, bien sûr que non elle n’est pas responsable de la bêtise ou de la méchanceté de certains, mais je pense qu’elle aurait pu éviter quelques situations ou embrouilles.

C’est donc véritablement cela qui m’a dérangée, le fait qu’Hannah se place systématiquement en victime. C’est plutôt facile pour elle, puisque c’est elle qui enregistre les cassettes ! J’aurais aimé avoir la version des différents protagonistes et connaitre leur sentiment après l’audition des cassettes. Je pense qu’Hannah exagérait certains faits et diabolisait des personnages pour rien. Pour vous donner un exemple, j’ai trouvé cela ridicule d’inclure dans cette longue liste de responsables une de ses anciennes amies, au prétexte qu’elles s’étaient pris la tête au sujet d’un garçon. J’ai donc été assez septique en lisant la majorité des raisons, qui n’étaient pour moi pas suffisantes pour justifier un geste aussi grave. De plus, Hannah fait elle-même des choses inacceptables ! J’étais vraiment choquée sur la fin…

Néanmoins, en dépit de l’aspect un peu trop moralisateur, j’approuve le message délivré par l’auteur. Il faut faire attention à certains de nos actes ou à certaines de nos paroles, qui peuvent avoir des conséquences désastreuses sur autrui.

Bilan : Un roman addictif en raison de la narration rythmée, mais une héroïne qui se place trop en victime… Je recommande cette lecture, au moins pour passer un bon moment, mais il ne faut pas trop en attendre.

Note : 7/10

g11

Pour aller plus loin :

Je viens tout juste de commencer Thirteen Reasons Why (j’ai visionné 5 épisodes), et je suis bien plus emballée que par ma lecture. Le personnage d’Hannah est bien moins égoïste, et cette fois elle a de vraies raisons de se sentir mal ! En effet, l’idée globale des raisons est conservée mais j’ai trouvé une dimension plus dramatique et plus grave aux événements. Cela nous permet de davantage comprendre l’acte d’Hannah, mais aussi de ressentir une grande empathie pour elle.

L’autre gros point positif de la série est qu’elle apporte le point de vue de tous les personnages. On a droit à quelques passages émouvants avec les parents d’Hannah mais je pense surtout à la réaction des autres impliqués dans les cassettes audio. On apprend à mieux les connaitre, à les comprendre d’une certaine façon et à les juger moins durement. Le jeu des acteurs est plutôt sympa pour une série destinée aux ados, et j’aime particulièrement ceux choisis pour interpréter Clay et Hannah.

Si je vous recommande malgré tout le roman de Jay Asher, je vous conseille plus volontiers la série qui est bien plus complète.