Red Queen, tome 3 : King’s Cage, de V. Aveyard

couv20355020

Attention ! Risque de spoilers sur les tomes précédents !

Résumé : Mare Barrow a échangé sa liberté contre celle de ses amis. Retenue prisonnière par l’homme qu’elle aimait autrefois et désormais roi, Maven, elle est dans l’incapacité d’utiliser son pouvoir et subit maintes humiliations et mauvais traitements.

Pendant ce temps, la rébellion continue de s’organiser, de s’entraîner et d’étendre son influence, plus que jamais décidée à lutter contre l’oppresseur. Mais en l’absence de la faiseuse d’éclairs, qui mènera cette armée au bout de son ambition ?

Mon avis : Après le final explosif de Glass Sword, j’attendais avec la plus grande impatience la sortie de King’s Cage. Avec un titre aussi évocateur, une couverture glaçante représentant une couronne faite d’os, le ton est très rapidement donné. On sait que ce tome mettra à l’épreuve le personnage de Mare, et qu’il va morfler !

Alors que Mare a vu son frère Shade mourir sous ses yeux, elle a accepté de se livrer à Maven, désormais Roi de Norta, afin d’épargner la vie de ses amis. Mare est donc emprisonnée, torturée et pourtant elle ne perd pas espoir de pouvoir un jour échapper aux griffes du jeune roi. Pendant ce temps-là, la Garde Ecarlate rassemble ses forces et tente de rallier à sa cause un maximum de sangs-neufs pour renverser Maven.

Dans ce tome 3, Victoria Aveyard introduit d’autres points de vue que celui de Mare, pour mon plus grand plaisir ! Si celui de Mare reste comme toujours aussi percutant, notamment à cause de son caractère dur et brut, il était nécessaire de l’alterner avec d’autres protagonistes pour faire progresser l’intrigue. Les chapitres en compagnie de Mare demeurent les plus nombreux, et restent très passionnants. En soi, il ne se passe pas énormément de choses avec elle, surtout durant les deux tiers du livre, mais c’est très intéressant d’un point de vue psychologique. Le personnage de Mare doit encaisser pas beaucoup, cela l’affaiblit, mais d’un autre côté cela l’endurcit. Ses confrontations avec Maven sont extrêmement intéressantes. Si Maven était demeuré assez transparent jusque-là, on découvre enfin les rouages de son esprit torturé. J’aime beaucoup le personnage complexe de cet enfant-roi, et au final le titre de ce tome s’applique tout aussi bien à lui. En effet, Maven s’est enfermé lui-même dans une sorte de cage. C’est un personnage très seul, et malgré ses actes horribles, je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir une certaine pitié pour lui. Je suis curieuse de savoir ce que peut encore lui réserver la suite.

Dans King’s Cage, l’auteure va donner la parole à Cameron, une sang-neuve que l’on avait rencontré brièvement dans le tome 2. J’ai tout de suite accroché à sa personnalité rentre-dedans. La jeune femme n’a pas sa langue dans sa poche et n’hésite pas à se confronter à plus fort qu’elle. Le point de vue de Cameron est d’autant plus intéressant qu’elle n’est pas totalement en accord avec la Garde Ecarlate. Toutefois, le point de vue qui reste le plus surprenant pour moi est celui d’Evangeline. Je ne m’y attendais absolument pas ! Jusque-là, c’était un personnage que je n’avais pas réellement remarqué, une sorte de méchante sans réelle personnalité et sans grand rôle. Pourtant, on va la découvrir pleinement dans ce tome 3 et elle va se révéler bien plus complexe que cela ! On en apprend plus sur sa famille, leurs motivations mais aussi sur ce qu’elle ressent. Au final, son point de vue est une agréable surprise et apporte une nouvelle dimension à la saga.

Ce qui m’a un peu déçue, c’est la mise à l’écart de certains protagonistes. Kilorn est presque absent de tout le tome, alors que c’est un personnage ambigu qui me plait beaucoup et qui peut encore réserver quelques surprises. Farley, en dépit de ses quelques apparitions, reste elle aussi en retrait alors qu’elle demeure une figure important de la Garde Ecarlate. Mais ce qui m’a le plus frustrée, c’est le personnage de Cal que j’ai trouvé trop effacé. Il revient sur le devant de la scène vers la fin du livre, mais c’est malheureusement trop tardif…

King’s Cage est un sacré pavé de 600 pages. Je dirais que les 400 premières pages sont assez calmes, et pourtant ce sont celles que j’ai préférées. Ensuite, je commençais à sérieusement saturer ! Le roman aurait gagné en qualité s’il n’avait pas été aussi gros. A trop vouloir en faire, l’auteure nous perd un peu. Personnellement je me suis un peu ennuyée sur la fin. Victoria Aveyard a introduit de nouveaux personnages, qui ne servent pas à grand-chose pour moi. Elle a aussi complexifié son intrigue, les relations diplomatiques entre les différents royaumes ainsi qu’entre les différentes familles Argents. Sur la fin, alors que j’étais déjà gavée d’avoir englouti autant de pages, je peinais à me concentrer pour tout comprendre. Les 100 dernières pages sont très brouillonnes, et c’est dommage ! J’espère que l’auteure saura se ressaisir et ne me décevra pas dans le quatrième et dernier tome.

Bilan : Un tome intéressant qui fait évoluer les personnages de Mare et de Maven. Passionnant, mais trop long et on regrette la fin brouillonne…

Note : 7.5/10

g11

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s