Retour à la nuit, d’Eric Maneval

Résumé : Antoine a 8 ans. C’est la fin du mois d’Août dans la Creuse. Il joue dans une rivière dangereuse lorsque des troncs d’arbres portés par le courant l’assomment. Il se réveille dans un fourgon en compagnie d’un inconnu qui lui apprend qu’il vient de lui sauver la vie. L’homme le dépose à l’hôpital de Limoges et disparaît.

Vingt ans plus tard, Antoine est veilleur de nuit dans un centre pour ados. À la télévision, on reparle de l’affaire du « découpeur » suite à la découverte de nouveaux témoignages. Lors de la reconstitution de l’enquête, Antoine reconnaît dans un portrait-robot l’homme qui lui a sauvé la vie dans la rivière…

Mon avis : Je ne lis jamais de roman aussi court (ici, il ne fait que 140 pages), et pourtant j’ai été ravie de le trouver sous le sapin ce noël. Le résumé est intrigant, on sent que notre lecture sera intense et sombre. Au final, j’ai adoré et dévoré chaque page de ce petit roman !

Antoine, le narrateur, n’est pas un personnage commun. Il est plutôt discret, mystérieux, mais sa personnalité particulière ne nous empêche pas de nous attacher à lui, loin de là ! C’est un protagoniste que j’ai adoré suivre, ses pensées ambiguës sont extrêmement intéressantes, même si on ne peut s’empêcher d’être mal à l’aise face à certains passages. Antoine a une vision bien particulière de son métier (il est veilleur de nuit dans un centre pour ados en difficulté). Par moment, je l’ai même trouvé très glauque, voire effrayant.

La personnalité d’Antoine se heurte naturellement à la trame de fond, qui est celle de la réapparition du « Découpeur », un tueur en série évoqué dans les médias. Le passé flou du jeune homme et celui de ce tueur semblent mêlés, et pourtant on ne parvient pas à saisir avec exactitude le lien qui les unit.

L’écriture d’Eric Maneval que je découvrais pour la première fois est vraiment hypnotique. C’est assez compliqué à expliquer, mais une fois rentré dans le récit il est tout bonnement impossible d’en sortir. Le style de l’auteur est franc et direct, mais en réalité on a vraiment l’impression que c’est Antoine qui nous parle. Cette impression est troublante et renforce notre addictivité. En tout cas, l’écriture est un élément de plus qui participe à la construction de l’atmosphère sombre, voire dérangeante, du récit.

Si je m’attendais à ce que le « Découpeur » prenne une place centrale dans l’intrigue du roman, en réalité ce n’est pas réellement le cas. C’est avant tout le personnage et la psychologie d’Antoine qui est mise en avant, pour notre plus grand plaisir ! Le seul petit bémol de Retour à la nuit est que j’en aurais voulu bien plus ! Mais en même temps, le format contribue aussi à l’histoire. L’auteur nous abandonne sur une fin ouverte, qui pourra être rageante pour certains, mais qui m’a néanmoins beaucoup plu. Elle est en parfaite adéquation avec le reste de l’histoire, même si elle nous laisse avec encore beaucoup de questions en tête…

Bilan : Un roman court mais efficace ! Consacrez-lui une petite heure, et vous plongerez dans un récit étrange et addictif !

Note : 8/10

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s