Tout n’est pas perdu, de Wendy Walker

couv17670802

Résumé : Alan Forrester est thérapeute dans la petite ville cossue de Fairview, Connecticut. Il reçoit en consultation une jeune fille, Jenny Kramer, quinze ans, qui présente des troubles inquiétants. Celle-ci a reçu un traitement post-traumatique afin d’effacer le souvenir d’une abominable agression dont elle a été victime quelques mois plus tôt. Mais si son esprit l’a oubliée, sa mémoire émotionnelle est bel et bien marquée. Bientôt tous les acteurs de ce drame se succèdent dans le cabinet d’Alan, tous lui confient leurs pensées les plus intimes, laissent tomber leur masque en faisant apparaître les fissures et les secrets de cette petite ville aux apparences si tranquilles. Parmi eux, Charlotte, la mère de Jenny, et Tom, son père, obsédé par la volonté de retrouver le mystérieux agresseur.

Mon avis : Ce roman est tombé entre mes mains totalement par hasard, et je ne l’avais pas vraiment repéré sur la blogosphère. Si le résumé m’a tout de suite intriguée, je dois reconnaitre que je ne m’attendais pas à me retrouver face à un thriller psychologique aussi bien ficelé et fichtrement original ! J’ai adoré, et on frôle le coup de cœur avec Tout n’est pas perdu !

Alors que la jeune Jenny a été victime d’un viol atroce et de mutilations, sa mémoire est effacée à la suite d’un traitement « miracle ». Pourtant Jenny continue de se sentir terriblement mal, au point de tenter de mettre fin à ses jours. Ses parents, inquiets et désespérés, décident qu’il est temps pour elle de consulter un thérapeute qui pourrait lui permettre de recouvrer les souvenirs de cette terrible nuit pour lui permettre ainsi d’avancer.

La grosse originalité du roman, c’est que celui-ci se déroule exclusivement dans le cabinet d’un psychiatre, Alan Forrester. Il n’y a donc pas réellement de dialogues, seulement les discussions que nous rapporte Alan entre lui et ses patients. C’est donc dans son cabinet, et au travers de sa voix, que l’on va suivre l’histoire du viol de la jeune Jenny et les ravages que celui-ci a provoqué dans son entourage.

C’est un roman très particulier, car même à la fin, je trouve qu’on peut difficilement parler de thriller. Tout est extrêmement psychologique, l’ambiance est très pesante par moment et souvent le lecteur se sent mal à l’aise. Mais l’auteure est parvenue à nous embarquer dans son bouquin sans peine et le jargon technique, ainsi que les nombreuses explications sur les mécanismes de la mémoire nous permettent de nous immerger totalement dans l’univers psychiatrique.

Les personnages nous apparaissent de manière très particulière. En effet, ils vont faire des confidences à Alan au fil des pages, si bien qu’on va les connaitre d’une manière très intime et sous un jour nouveau. Si Alan tente de rester neutre et professionnel, on ne peut pas s’empêcher de juger certains protagonistes ou de ressentir de la pitié pour d’autres. Wendy Walker sait faire monter la tension et le soupçon, on doute de tout et de tout le monde. Les personnages sont-ils réellement honnêtes ? Le coupable se trouvent-ils parmi eux ?

J’ai particulièrement aimé le personnage de Jenny, que j’ai trouvé très touchant. J’ai eu plus de mal avec la mère de la jeune fille, mais je dois reconnaitre que c’est un personnage très travaillé avec une psychologie finement mûrie. J’ai adoré le personnage de Sean, qui apporte un véritable plus au roman.

Alan, le narrateur, est absolument génial. Au départ, il est totalement extérieur à l’histoire et ne fait que relater ce que lui disent ses patients. Pourtant au fil des pages, son implication va grandir et il va devenir un protagoniste à part entière de l’intrigue. J’ai adoré cette évolution passionnante et inattendue !

Vous l’aurez compris, ce roman n’est pas bourré d’action vu qu’il se passe essentiellement dans le cabinet d’Alan. Pourtant, grâce à un style d’écriture incisif et parfois brutal, à un suspense qui monte crescendo, l’auteure a su créer une atmosphère oppressante et un sentiment d’urgence chez son lecteur : on veut savoir ! Pour moi, tout bascule à compter d’un retournement de situation inattendu vers la moitié du livre. A partir de cet instant, impossible de lâcher ce thriller psychologique tant la tension est à son maximum et menace de tout exploser sur son passage ! Plus on s’approche de la fin, plus les pièces du puzzle s’assemblent. Lorsque la révélation finale tombe, on reste pantois, choqué. Tout n’est pas perdu n’est pas un roman que j’oublierai de si tôt. Wendy Walker, tout en traitant le sujet du viol et de la mémoire, a également évoqué d’autres thèmes tels que les relations conjugales, les troubles post-traumatiques et bien d’autres.

Bilan : Un thriller psychologique finement mené, avec des personnages ambigus et une narration très particulière. Passionnant de bout en bout ! Un roman à ne pas manquer !

Note : 8.5/10

g13

Publicités

Une réflexion au sujet de « Tout n’est pas perdu, de Wendy Walker »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s