L’Héritière, tome 1, de Melinda Salisbury

Résumé: À la cour du royaume de Lormere, Twylla, dix-sept ans, est promise au prince héritier, selon la volonté des dieux. Elle possède un don, le pouvoir de tuer tous ceux qu’elle touche : elle est l’arme parfaite ! La cruelle reine qui l’a adoptée la contraint à exécuter les traîtres. Jusqu’au jour où Lief, nouveau garde charmant et rebelle, fait vaciller la jeune fille dans sa foi et sa soumission…

Mon avis : L’Héritière m’a tout de suite tentée avec sa couverture à couper le souffle et son résumé plus qu’intriguant. Et même si des avis ont commencé à me rebuter sévèrement, j’ai décidé de me le procurer et de lui laisser une chance. Une très petite chance, car je n’avais guère d’espoirs qu’il me plaise. J’étais même quasiment convaincue du contraire, voyant que d’autres avis négatifs continuaient d’émerger. J’avoue m’être assez peu penchée sur les avis positifs, j’ai honte… A croire que j’avais décidé de lui laisser trop peu de chance de me plaire ! Et pourtant, L’Héritière a contrecarré tous mes plans et a su faire son petit bonhomme de chemin jusqu’à mon cœur. Car oui, oui je lui adresse mes excuses les plus profondes pour l’avoir jugé trop rapidement ! Ça m’en coûte de le dire, mais je me suis trompée sur toute la ligne : ce roman, je l’ai dévoré et adoré ♥ Ce n’est pas un coup de cœur, mais quel bonheur de lecture !

Twylla, incarnation de la fille des Dieux, vit recluse au Château de Lormere, promise au fils de la Reine, Merek, qu’elle connait à peine. Alors que la jeune fille passe ses journées à prier et a endossé le dur rôle de Daunen incarnée, elle doit aussi composer avec une solitude grandissante. Et pour cause : tout le monde la craint en raison de sa peau empoisonnée qui peut causer la mort en un simple contact…

Twylla fait partie de ces héroïnes qui n’ont pas le fond rebelle. Si au départ Twylla m’a un peu étonnée par sa façon de voir les choses et d’accepter sa destinée, c’est aussi ce qui m’a emballée. Suivre une héroïne qui se rebelle dès le début contre sa condition est certes passionnant mais redondant. Ici l’auteure nous offre un personnage qui n’a jamais vécu pour lui-même mais uniquement pour suivre une destinée toute tracée. Si dès son enfance la jeune fille se préparait à devenir la nouvelle Mangeuse de péchés, par la suite elle a dû se formater pour devenir Daunen incarnée et future reine de Lormere. Le comportement de Twylla est donc dérangeant à souhait et suivre sa lente évolution fut un réel plaisir. C’est une héroïne qui cache énormément de potentiel et j’ai donc hâte de lire ce que lui réserve la suite.

En ce qui concerne les deux personnages masculins du roman, le moins qu’on puisse dire c’est qu’ils possèdent un potentiel gigantesque mais qu’ils se révèlent tardivement. Quel dommage ! Ceci dit j’ai aussi bien apprécié Merek, qui possède une personnalité plus mystérieuse et qui peut aussi bien se révéler doux que brut, que Lief, qui a su conquérir mon cœur par sa patience et ses sourires. Vous l’avez parfaitement compris, on se trouve face à un triangle amoureux qui est une chose dont beaucoup commence à se lasser (j’ai honte d’avouer que j’adore ça, même si d’un classique monstrueux !). Pourtant on le suit sans peine et il trouve sa résolution très tôt dans le roman. Bon rien est joué évidement et je me demande ce que peut bien nous réserver le tome 2 pour ces trois-là. Pour ce qui est des personnages secondaires tels que la Reine, ils sont assez peu présents et brillent un peu par leur absence tant l’histoire se focalise sur Twylla, Lief et Merek. Mais cela n’a pas entaché mon plaisir de lire L’Héritière !

Côté style d’écriture, que c’est agréable de lire Melinda Salisbury ! Je ne sais pas si c’est la traduction qui est d’une grande qualité, mais en tout cas on tourne les pages sans peine. La plume de l’auteure est vraiment jolie, délicate mais en même temps elle sait être dure quand il le faut. Les chapitres ne sont ni longs ni courts, de toute façon il importe peu tant on n’a peu envie de quitter l’univers de Melinda. Et même si certains dialogues manquent un peu de piquant et de naturel, on le pardonne à l’auteure qui nous offre en dépit de cela un premier roman de qualité.

Bon venons-en à la chose qui m’avait poussée à lire ce livre : la mythologie. En deux mots, je l’ai trouvée : passionnante et travaillée. J’ai le sentiment d’ailleurs que c’est ce que l’auteure a le mieux développé de tout le roman. Si certains au départ ont été effrayés par la complexité de l’univers que nous offre Melinda, j’avoue que j’ai trouvé ses explications claires et concises. Dès le début j’ai été fascinée par les coutumes de Lormere, et plus particulièrement par le rituel de la Mangeuse de péchés (le titre en VO de L’Héritière est d’ailleurs The Sin Eater’s Daughter). Dieu que c’est intéressant et original ! Plus on avance, plus on fait connaissance avec d’autres choses tout aussi intrigantes telles que des légendes qui font froid dans le dos ou bien d’autres coutumes venant d’autres royaumes. J’adhère à 100% à cette mythologie et à l’imagination débordante de l’auteure !

Ensuite, ce qu’il faut savoir c’est qu’on ne se trouve pas face à de la fantasy dense comme on pourrait trouver chez Bragelonne. Non non et c’est tant mieux ! L’Héritière propose un genre plus délicat, moins complexe (mais tout aussi passionnant) et accessible à tous, même à ceux qui ne sont pas trop fan de fantasy !

Enfin pour en finir avec ce livre, je voudrais vous parler un peu de l’intrigue. Je l’ai trouvée lente au démarrage (ceci n’est nullement un reproche !) et c’est seulement à la deuxième moitié que tout s’emballe. Tout ce en quoi on croyait est détruit, on se retrouve plongé dans une incertitude constante et les rebondissements de situation ne vont cesser jusqu’à la dernière page ! J’avoue avoir été extrêmement surprise au cours de ce premier tome, et la fin m’a littéralement pulvérisée ! Je suis verte de n’avoir rien vu venir ! En tout cas ça promet de bonnes choses pour le tome 2, qui paraîtra en mars 2016 en VO me semble-t-il. Et même si l’épilogue m’a semblée de trop, j’ai plus que hâte de retrouver Twylla, Lief et Merek !

Bilan : Pas un coup de cœur, mais une excellente lecture ! Je n’ai aucun regret puisque j’ai aussi bien apprécié les personnages, que l’écriture et la mythologie, sans compter le rythme qui va crescendo. Une très bonne découverte en somme ! 😀

Note : 8.5/10

Publicités

2 réflexions au sujet de « L’Héritière, tome 1, de Melinda Salisbury »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s