Congo Requiem, de Jean Christophe Grangé

Résumé : Jonglant entre passé et présent, la suite des aventures de la famille Morvan : Grégoire, ex-barbouze devenu policier, Maggie, sa femme, qu’il bat, et leurs trois enfants, Erwan le policier, Loïc le golden boy cocaïnomane et Gaëlle l’actrice et call-girl. Tous se retrouvent à Lontano, alors que Tutsis et Hutus s’entretuent.

Mon avis : Après le très excellent Lontano qui avait été un réel coup de cœur, je n’ai pas hésité très longtemps avant de me jeter sur Congo Requiem qui clôt ce diptyque. Et autant vous dire que je n’ai pas été déçue !

Alors qu’Erwan découvrait une faille dans l’affaire du premier Homme-Clou, il décide de se rendre sans plus tarder au Congo afin de poursuivre sa quête de vérité. Grégoire, le père, s’envole lui aussi pour l’Afrique dans le but de gérer ses affaires mais aussi de garder un œil sur son aîné qui menace de déterrer un passé qu’il souhaiterait garder secret… A plusieurs centaines de kilomètres de là, Gaëlle se questionne sur son mystérieux psy qui semble étrangement s’intéresse à elle. Loïc, quant à lui, est en plein sevrage. Il a décidé de se reprendre en main, mais voilà qu’un meurtre atroce vient bousculer son quotidien…

Quel plaisir de retrouver le Clan Morvan ! On retrouve dans Congo Requiem un clan fragmenté avec Erwan et Grégoire d’un côté et Gaëlle et Loïc de l’autre. Le roman est divisé entre trois parties, mais fondamentalement il se divise en deux parties, avec une première moitié très centrée sur l’Afrique. Durant cette première moitié, Grangé mise énormément sur l’action mais aussi les révélations chocs. Tout ce que l’on savait est remis en cause, nos certitudes sont balayées en un coup de vent et on se retrouve dans la même position qu’Erwan. On avance en territoire inconnu, dangereux et meurtrier. On tremble de peur pour nos personnages favoris, mais en même temps on est grisé par toute ces révélations et ces retournements de situation. On tourne les pages à une vitesse impressionnante tant on est avide de réponses !

La seconde moitié n’est cependant pas plus calme. Elle est différente de la première, moins axée sur l’Afrique pour des raisons que je vous laisse découvrir par vous-même, et on retrouve davantage l’ambiance de Lontano. J’avoue avoir préféré cette seconde moitié à la première, bien qu’elle resplendissait par son action, ses cliffhangers et ses réponses inattendues. Cette seconde moitié est par bien des aspects bien plus intense et nous retourne les tripes, mais je ne vous en dis pas plus 😉

Dans le premier roman de ce diptyque, j’étais totalement charmée par le Clan Morvan. Malsaine, ambiguë et nocive, cette famille a tout pour fasciner ! Grégoire, le pilier de la famille, celui qui inspire la terreur et l’admiration chez ses enfants, nous apparait sous un autre jour ici. Certes on le retrouve toujours aussi froid et calculateur, mais un pan de son passé vole en éclats pour notre plus grand plaisir. C’est un personnage extrêmement complexe, et jusqu’au bout il demeure insaisissable. Grangé a su faire évoluer le Padre d’une manière totalement passionnante, et est parvenu à nous faire à la fois aimer et détester Grégoire.

Ce qui est vraiment remarquable dans ce tome, c’est l’évolution des enfants Morvan. J’ai été véritablement soufflée par tous ces changements ! Gaëlle gagne en maturité et en assurance, on redécouvre une jeune femme forte et déterminée, qui a su faire de ses faiblesses des atouts. Gaëlle est un personnage lui aussi très complexe, qui nous apparait souvent comme tordu, mais ses points de vue étaient toujours un régal. Loïc, quant à lui, est sans aucun doute le protagoniste qui s’est le plus révélé. Il prend une plus grande place dans l’intrigue, et sa métamorphose est absolument géniale ! Grangé a su faire du jeune golden boy cocaïnomane un vrai membre de la famille Morvan, indispensable au déroulement de l’histoire. Erwan, l’aîné, a lui aussi bien changé. Emotionnellement, Congo Requiem ne va pas l’épargner et cet Erwan brisé m’a vraiment séduite.

Ce roman permet également de clore l’affaire de l’Homme-Clou. Alors que l’on pensait que tout était terminé, on se rend compte en réalité que Grangé nous réserve encore beaucoup de surprises et de révélations plus que surprenantes. L’Homme-Clou est une affaire qui m’aura vraiment passionnée de bout en bout. On sent que Grangé s’est extrêmement documenté pour l’écriture de ses deux romans, et son travail paie : il permet au lecteur de s’immerger pleinement dans l’intrigue, d’en apprécier toute la complexité et d’en savourer tout le génie. Jusqu’au bout, Grangé aura maintenu la tension à son apogée, nous faisant craindre le pire pour chacun des protagonistes. On tremble de peur, d’effroi mais aussi de chagrin. On ressort du roman éprouvé par tant d’émotions, mais amplement satisfait d’avoir lu un roman (enfin, deux !) d’une qualité absolument remarquable avec des héros si complexes et si fascinants. J’ai trouvé la conclusion parfaite, en adéquation avec le reste. Je garderai donc un excellent souvenir de Lontano et de Congo Requiem.

Bilan : Un livre à l’intrigue complexe, où Grangé mène son lecteur par le bout du nez ! J’ai adoré vivre toutes ces aventures aux côtés de la famille Morvan, que je ne suis pas prête d’oublier ! Un diptyque qui confirme le talent de Grangé et fait de lui le Maitre du genre.

Note : 9/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « Congo Requiem, de Jean Christophe Grangé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s