Phobos, tome 3, de Victor Dixen

Résumé : FIN DU PROGRAMME GENESIS DANS 1 MOIS… 1 JOUR… 1 HEURE… ILS SONT PRÊTS A MENTIR POUR SAUVER LEUR PEAU.
Ils sont les douze naufragés de Mars. Ils sont aussi les complices d’un effroyable mensonge. Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre.
ELLE EST PRÊTE A MOURIR POUR SAUVER LE MONDE. Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ? MÊME SI LE COMPTE À REBOURS EXPIRE, IL EST TROP TARD POUR RENONCER.

Mon avis : J’avais extrêmement hâte de connaitre la fin de Phobos, cette saga qui jusque-là était un coup de cœur. J’ai commencé à redouter cette lecture en voyant que les premiers avis étaient assez partagés, mais en même temps j’étais encore plus curieuse de lire ce troisième tome ! Au final, j’avoue être assez mitigée face à cette conclusion (qui n’en est même pas une, vu que Victor Dixen vient de confirmer qu’il y aurait un quatrième opus…)

Ce qui se passe sur Mars m’a véritablement passionnée, mais j’ai malheureusement trouvé qu’on voyait trop peu les pionniers ! Leur point de vue est écrasé par celui de Serena, bien trop imposant à mon goût. J’ai été surprise de certains rebondissements, du changement de caractère de certains personnages, notamment Alexeï ou encore Mozart. Si les aventures des différents protagonistes m’ont captivée, je dois reconnaitre que je m’attachais de moins en moins à eux. J’ai fini par haïr Alexeï et Mozart, les filles me paraissaient trop en retrait (une fois de plus), tout comme les autres garçons. Mon grand regret de ce (dernier?) tome, c’est la faible présence de Marcus. Je ne voudrais pas vous spoiler, mais je peux simplement dire que j’ai été vraiment déçue de le voir jouer un rôle aussi mineur dans cette suite, alors que c’était un personnage que j’aimais beaucoup et qui, pour moi, avait encore un grand rôle à jouer.

Ce qui fait que ce tome n’est pas une aussi bonne lecture que les deux précédents c’est Serena et la tournure trop géopolitique qu’a pris l’intrigue. Serena est un personnage qui m’a toujours fait froid dans le dos, et à sa manière, c’était une méchante redoutable et terrifiante. Pourtant dans Phobos3, j’ai eu une impression de too much. Serena en devenait grotesque et ridicule ! Ces points de vue m’ont parue trop longs, trop répétitifs… Dixen a tourné en rond, préférant à mon humble avis la quantité à la qualité. En soi, j’ai apprécié ses idées. L’histoire prend une tournure intéressante, et globalement inattendue, mais le tout traine en longueur, si bien qu’on s’ennuie et qu’on s’agace… Ce tome aurait été bien meilleur avec 150 pages de moins et s’il n’y avait pas eu une telle surenchère autour du personnage de Serena.

Pour ce qui est du point de vue d’Harmony et Andrew, je suis aussi très partagée. D’un côté, ce sont deux personnages que j’affectionnais beaucoup, pourtant ici ils n’apportent étonnement pas grand-chose. Leurs chapitres sont assez lents, voire lourds. Dommage car là aussi, il y avait de bonnes idées.

J’ai conscience que jusqu’ici je dépeins un portrait assez négatif de Phobos3, mais il faut dire que j’avais de telles attentes que je suis forcément frustrée. Il y a tout de même des points positifs ! J’ai adoré, comme je les dis plus haut, l’évolution des pionniers sur Mars (même si je m’attachais de moins en moins à eux). Léonor reste un personnage extrêmement agréable à suivre, plein de fougue et de contradictions comme je les aime. La fin, que certains ont trouvée trop expéditive, m’a franchement plu. L’écriture de Dixen demeure un vrai régal. Il sait manier les mots et les émotions, sa plume est vive et tranchante. Les schémas qui ponctuent le récit au fil des pages sont eux aussi un très bon point pour le roman, car ils nous permettent de mieux visualiser certaines scènes ou de comprendre certains mécanismes plus techniques.

Phobos3 m’a laissée un goût un peu amer en bouche. D’un côté, je suis contente d’avoir vécue cette aventure aux côtés des pionniers de Mars (je m’y serais cru !), mais d’un autre côté, je suis extrêmement frustrée par le manque de révélations. Dixen nous laisse avec pleins de questions en tête, c’est horrible ! Heureusement je ne pense pas qu’il soit du genre à bâcler son travail, et je ne doute pas qu’il nous prépare une suite pouvant répondre à toutes nos interrogations.

Je garderai malgré ce petit bémol un bon souvenir de cette trilogie qui m’aura fait voyager jusque sur Mars !

Bilan : Un troisième tome décevant, répétitif et trop long… Heureusement, ce qui se passe sur Mars est passionnant et la fin est malgré tout très prenante.

Note : 6.5/10

Publicités

Une réflexion au sujet de « Phobos, tome 3, de Victor Dixen »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s