La Ligne Noire, de Jean-Christophe Grangé

Résumé : Il existe, quelque part en Asie du Sud-Est, entre le tropique du Cancer et la ligne de l’Équateur, une autre ligne. Une ligne noire jalonnée de corps et d’effroi…

Mon avis : Depuis que j’ai découvert cet auteur, je ne m’arrête plus ! En effet, La Ligne Noire est mon quatrième Grangé. Après le très excellent Serment des Limbes, j’attendais énormément de ce thriller. Autant vous dire que je ne suis pas déçue…

Marc Dupeyrat est journaliste pour une revue de faits divers. Toujours à la recherche de sensations fortes et de news croustillantes, il est immédiatement intéressé par le cas de Jacques Reverdi. Ce dernier a été retrouvé sur le lieu d’un crime en Thaïlande, alors qu’il est déjà soupçonné d’avoir assassiné d’autres femmes en Asie. Marc sait que Jacques sera condamné à mort, pourtant il souhaite à tout prix obtenir ses aveux et entrer dans la tête du tueur présumé. Pour ce faire, Marc va entrer en correspondance avec le tueur, au point de ne plus pouvoir démêler le vrai du faux. Un étrange jeu du chat et de la souris va débuter entre les deux hommes, un jeu mortel et dangereux dont ils ne pourront sortir indemnes…

Grangé m’a immédiatement séduite avec l’ambiance oppressante et mystérieuse qui règne en Thaïlande, et plus particulièrement dans la sinistre prison où Jacques attend son procès. Il y a relativement peu de thrillers qui ont pour cadre l’Asie, Grangé a donc joué la carte de l’originalité. En tout cas pour moi, cela a fonctionné ! J’ai été littéralement séduite par les décors et l’atmosphère asiatique si bien décrits par l’auteur. Naturellement, on a droit à beaucoup de chapitres qui se passent en France ce qui ne fait qu’accentuer le contraste flagrant entre Marc et Jacques.

D’ailleurs, pour ce qui est des personnages, je suis séduite ! Marc est un journaliste déterminé, qui n’a pas fait que des bonnes actions et qui est généralement prêt à tout pour obtenir une info à scandale. Toutefois, il possède une part sombre intéressante, un passé mystérieux que j’ai immédiatement souhaité connaitre. Marc est un personnage plein de surprises, agréable à suivre malgré son comportement atypique et l’étrange tandem qu’il forme avec Jacques était à la fois effrayant et grisant. Jacques, quant à lui, est un héros particulier. On ignore au départ s’il a réellement tué ces femmes ou non, mais il nous met très rapidement mal à l’aise. On sent qu’il est malin, rusé et même un peu sournois et malveillant. Sa personnalité sombre et terrifiante rajoute encore plus de piment à la relation si unique entre les deux hommes. Ceux-ci vont nouer un lien particulier qui fait toute la force du roman et qui sera d’ailleurs le fil conducteur de La Ligne Noire. J’étais complétement envoûtée par cette relation, qui m’a fait trembler de peur et d’effroi ! Plus les pages se tournaient et plus le roman devenait glauque… Je suis fan !

Les personnages secondaires sont peu nombreux, et assez insignifiants par rapport au duo si imposant. Khadidja m’a semblée être de trop. Peut-être que Grangé a senti la nécessité d’inclure un personnage féminin dans l’histoire, mais la jeune femme n’apporte pas grand-chose au final. C’est un personnage qui ne tient pas réellement ses promesses et qui m’a souvent ennuyée. Dommage !

Côté style, on retrouve la même écriture si visuelle qui caractérise Grangé. Il n’est jamais avare de détails bien gores qui nous dérangent et son imagination est débordante ! J’ai l’impression qu’il n’est jamais à court d’idées en ce qui concerne la mise en scène de meurtres ! C’est peut être étrange de le dire (non ne fuyez pas, je ne suis pas une psychopathe !), mais j’adore ça ! La Ligne Noire diffère quand même des trois autres romans que j’ai lus de lui, dans le sens où Grangé nous plonge dans un pays totalement nouveau. L’ambiance thaïlandaise, et asiatique en général, nous est retranscrite à la perfection, et pour tout vous dire je m’y suis cru. Il aborde également un sport peu médiatisé : l’apnée. J’ai trouvé le tout absolument bien décrit et passionnant.

L’intrigue en soi est très captivante. Dès que la relation entre Marc et Jacques débute, je suis entrée dans une phase d’addictivité : il fallait que je sache la suite et le dénouement ! Pendant les trois quarts du livre, j’étais sur les nerfs tant Grangé a su faire monter la pression. Le dernier tiers, bien que très prenant malgré tout, fait un peu retombé l’ambiance qui m’avait tant séduite. Le rythme est toujours aussi soutenu, mais l’auteur est parti dans une direction un peu trop facile. La fin ne m’a pas parue bâclée, pourtant on ne peut pas dire que j’en sois satisfaite. J’aurais sûrement voulu que Grangé parte dans une autre direction et qu’il se concentre davantage sur son idée de départ.

Bilan : Un thriller addictif, avec des personnages qui jouent un jeu malsain. Un vrai régal à lire !

Note : 8/10

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Ligne Noire, de Jean-Christophe Grangé »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s