Les Visages, de Jesse Kellerman

Résumé: Lorsque Ethan Muller met la main sur une série de dessins d’une qualité exceptionnelle, il sait qu’il va enfin pouvoir se faire un nom dans l’univers impitoyable des marchands d’art. Leur mystérieux auteur, Victor Crack, a disparu corps et âme, après avoir vécu reclus près de quarante ans dans une maison délabrée. Dès que les dessins sont rendus publics, la critique est unanime : c’est le travail d’un génie. Mais les ennuis commencent lorsqu’un flic à la retraite reconnaît sur certains portraits les visages d’enfants victimes des années plus tôt d’un mystérieux tueur en série. Ethan va alors se lancer dans une enquête qui va bien vite virer à l’obsession.

Mon avis : Ça fait deux ans que Les Visages prend la poussière dans ma PAL. Je l’avais acheté sur un coup de tête dans une boutique de seconde main, puis je suis rentrée observer les avis sur le net et là, c’est la douche froide. Les avis positifs sont peu nombreux, les lecteurs déclarent unanimement que ce n’est en réalité pas un thriller, etc… Ce qui fait que j’avais perdu toute envie de le lire ! Me revoilà donc quelques années après, redécouvrant presque ce livre dans ma bibliothèque et décidant enfin de lui laisser sa chance. Et au final… j’ai adoré !

Ethan Muller, marchand d’art trentenaire, est un jour appelé par un ami de son père. Ce dernier vient de découvrir des cartons entiers remplis de dessins étranges et perturbants. Ethan est immédiatement fasciné par ces œuvres et décide de les exposer dans sa galerie. Si ces dessins charment la plupart des amateurs d’art, Ethan est conscient qu’elles ne peuvent être que l’œuvre d’un être dérangé. Alors quand un flic retraité prend contact avec lui parce qu’il pense reconnaitre les portraits d’enfants assassinés, Ethan doute. Et si son artiste de génie était en réalité un tueur d’enfants ?

Tout d’abord, je tiens à dire que je suis tout à fait d’accord avec les lecteurs qui trouvent que ce roman n’est pas un thriller, ni un polar. Je ne sais pas ce que peut bien être Les Visages, mais en tout cas son ambiance est pesante, glauque, presque malsaine et c’est vraiment ce qui m’a plu et charmée. Dès le départ, on sent la grande influence que prendra l’art dans ce roman et Jesse Kellerman n’hésite pas à en faire l’étalage. Pour ma part, je dois reconnaitre que c’est un domaine qui me plait beaucoup donc j’ai vraiment adoré ce « thriller artistique », si je puis dire. Par contre ceux qui ne s’y intéressent pas risquent de trouver certains passages assez ennuyants.

Pour ce qui est des personnages, j’ai très vite eu un certain intérêt pour Ethan. C’est un narrateur particulier qui nous prévient dès les premières lignes qu’il n’a rien d’un héros, qu’il est narcissique et franchement intéressé par la gloire ! J’ai aimé cette franchise : on est face à un personnage entier, direct et honnête. Ceci dit plus les pages se tournaient et plus je le trouvais attachant, complexe et torturé. En somme, j’ai adoré Ethan ! C’est un narrateur avec lequel on ne s’ennuie pas, il mène une vie particulière avec des personnes qui le sont tout autant.

En ce qui concerne les personnages secondaires, Jesse Kellerman a fait un excellent travail. Si certains n’ont absolument rien avoir avec la trame centrale du roman, ils n’en restent pas moins très travaillés (je pense notamment à Marylin). Samantha et son père Lee sont à l’opposé du monde où évolue Ethan, et sont des personnages plus « communs et normaux ». Ils apportent un contraste assez intéressant par rapport au héros si particulier.

La plume de Jesse Kellerman est vraiment délicieuse. Il y a assez peu d’action, et si certains passages auraient pu être barbants, je ne me suis pas ennuyée du tout ! Il possède un style bien à lui, fluide, agréable, tantôt doux tantôt acide.

Ce qui fait tout le charme des Visages, c’est l’alternance entre le présent et le passé. J’ai remarqué que beaucoup avaient trouvé les chapitres se déroulant dans le passé inutiles et ennuyants, mais je les ai trouvés au contraire très intéressants, voire indispensables à l’évolution de l’histoire ! On y apprend énormément de choses que ce soit sur le mystérieux Victor Cracke ou sur la famille d’Ethan. Les révélations finales m’ont assez surprise (je ne m’attendais pas à ça !) et j’ai trouvé la conclusion du roman parfaite !

Pour pleinement apprécier ce livre, je pense que l’on doit accepter d’évoluer lentement. Il ne faut pas s’attendre à avoir du sang et de l’action, ni même une enquête acharnée. Je sais que ce n’est pas très vendeur dis comme ça, mais franchement j’ai adoré ! Ce roman est d’une noirceur remarquable, et je pense qu’il vaut le détour. En tout cas, je m’attaquerai à un autre roman de Jesse Kellerman, c’est certain !

Bilan: Un roman addictif et sombre qui met en scène des personnages à la psychologie complexe, avec en toile de fond le monde de l’art. Passionnant !

Note: 8.5/10

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les Visages, de Jesse Kellerman »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s