Dites aux loups que je suis chez moi, de Carol Rifka Brunt

Résumé: Nous sommes au milieu des années 1980, aux États-Unis. June est une adolescente taciturne, écrasée par une sœur aînée histrionique et des parents aussi absents qu’ennuyeux. Depuis sa banlieue triste du New Jersey, elle rêve d’art et de son oncle Finn, un peintre new-yorkais reconnu. Mais Finn est très affaibli et meurt bientôt de cette maladie qu’on n’évoque qu’à demi-mot, le sida. Inconsolable, la jeune fille se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme l’ami de Finn. Confrontée à l’incompréhension de son entourage, et à la réalité d’une maladie encore honteuse, June va brusquement basculer dans le monde des adultes et son hypocrisie.

Mon avis: Dites aux loups que je suis chez moi est un roman que je n’avais pas particulièrement remarqué, et que je n’aurais sans doute jamais lu. Mais il se trouve que ma sœur me l’a offert suite à un service rendu (si tu passes par ici, je te dis un gigantesque MERCI !). Lorsque j’ai lu le résumé, j’ai eu immédiatement envie de le lire et j’ai presque instantanément su que j’allais adorer. Mon instinct (et celui ne ma sœur) ne m’a pas trompée, car c’est un très gros coup de cœur et je pèse mes mots.

June a quatorze ans lorsque son oncle Finn meurt du sida, à une période où cette maladie est encore mal connue, où elle fait peur et où elle fait honte. June est dévastée par la mort de cet oncle dont elle était si proche et qui semblait être le seul capable de la comprendre. L’adolescente doit donc composer avec un monde sans Finn, des parents souvent absents et une sœur ainée odieuse. Son quotidien et ses certitudes vont voler en éclat lorsqu’elle va rencontrer Toby, « l’ami » de Finn.

Je pense qu’il n’y a pas de mots pour vous décrire à quel point j’ai été touchée par les personnages de ce roman. J’ai rarement été aussi subjuguée face à des personnages pareils, si réalistes, si touchants et bouleversants que c’en est troublant. June, l’héroïne, y est pour beaucoup dans le coup de cœur qu’est ce livre. Elle est très décalée, et vit dans un univers bien à elle où elle s’imagine vivre au Moyen-Age. Il y a un gros décalage entre son côté « enfantin » et sa manière mature et réaliste d’envisager les choses de la vie. June est un personnage absolument fabuleux, qui mérite d’être rencontré au moins une fois dans sa vie.

Finn, l’oncle décédé de June, est lui aussi un protagoniste très fort et étonnant. Il n’apparait que dans les souvenirs de June, ou dans ceux des autres personnages, mais comment ne pas s’attacher à un personnage pareil ? J’ai adoré Finn, ses présences et ses absences, qui ont fait de lui un personnage à part entière du livre. Toby est le second personnage qui m’a bouleversé au cours de ma lecture. J’ai mille et une choses à dire sur lui, mais les mots me manquent tout à coup et ne me paraissent pas suffisamment à la hauteur. Greta, la sœur de June, est un des autres personnages importants du roman. Elle est odieuse, hautaine et méchante avec sa petite sœur et pourtant, on sent qu’elle est tellement plus que ça ! C’est un personnage très touchant à sa manière…

La plume de Carol Rifka Brunt est absolument merveilleuse et dotée d’une grande sensibilité. Elle nous embarque dans le monde de June avec une facilité déconcertante. Au travers le langage d’une adolescente de quatorze ans, elle nous en fait voir de toutes les couleurs et Dieu que c’était beau ! La voix de June est renversante, réaliste et cruelle parfois, mais tellement émouvante ! June a une manière de voir les choses tellement étonnante, magique et ça m’a serré le cœur plus d’une fois.

Dès les premières lignes, j’ai su que j’allais accrocher. Rien que le titre, que je trouvais extrêmement mystérieux, donnait envie ! En tout cas, je le trouve très bien choisi et je vous laisse découvrir vous-même à quoi il fait allusion dans le roman 😉 Pour ce qui est de la relation entre Finn et June, elle est tellement captivante et puissante, mais celle qui se noue au fur et à mesure des pages entre Toby et June est sans doute encore plus belle. Evoluer à leurs côtés fut vraiment merveilleux, mais aussi très émouvant (oui, j’ai beaucoup pleuré).

Derrière ce sujet grave et sérieux qu’est le sida, l’auteure exploite d’autres thématiques telles que l’amitié, le premier amour, le passage à l’âge adulte… Voilà pourquoi ce livre se doit d’être lu par le plus grand nombre !

Franchement, c’est dur d’écrire une chronique sur un livre qui vous a autant touché ! J’aurais voulu faire durer le plaisir plus longtemps, ne jamais quitter June, Finn et Toby mais la fin est arrivée très tôt, et pour cause : j’ai dévoré Dites aux loups que je suis chez moi. J’ai eu du mal de finir ce roman (il faut dire qu’avec toutes les larmes que j’avais dans les yeux, c’était compliqué…) mais j’ai trouvé la fin d’une grande justesse et d’une grande beauté. L’intégralité du roman se révèle être sans fausse note, ce qui fait de lui ma meilleure lecture de cette année 2016 à ce jour. Bref, un roman inoubliable ♥

Bilan : Un roman bouleversant de réalisme, avec des personnages tellement touchants et émouvants. Un gigantesque coup de cœur ♥♥♥ Mais qu’attendez-vous pour le lire ?

Note: 10/10

Publicités

7 réflexions au sujet de « Dites aux loups que je suis chez moi, de Carol Rifka Brunt »

  1. Déjà le titre donne envie, et en plus ta chronique me donne deux fois plus envie de l’acheter. J’ai vraiment envie de savoir pourquoi l’auteure a choisi ce titre et de connaitre aussi sa plume et June.

  2. J’avais lu un avis dithyrambique, je l’ai acheté, ton avis me donne encore plus envie de le lire. Je l’emmènerai dans ma valise en septembre (déjà trop bookée pour août, vie de lectrice^^). C’est vrai que le titre est très mystérieux, et c’est ce qui m’a donné envie d’en savoir plus également. Rien que pour savoir : mais pourquoi ce titre!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s