Des Mensonges Nécessaires, de Diane Chamberlain

Résumé: 1960. Dans les champs de tabac de Caroline du Nord, Jane Forrester et Ivy Hart ne pourraient mener des existences plus différentes. A quinze ans, Ivy travaille dur pour faire vivre sa famille, notamment « bébé William », âgé de deux ans qui souffre d’un retard mental. Au contraire, Jane est confortablement mariée et rien, dans son milieu bien-pensant, n’exige d’elle qu’elle donne de sa personne. Sauf sa conscience et sa sensibilité. Bravant son mari et les conventions sociales, elle s’engage au service des pauvres – au service de la famille d’Ivy Hart. Une proximité qui lui ouvre les yeux sur des secrets insoupçonnables et un scandale humain qui devient sa bataille.

Mon avis: Je ne connaissais ni le roman ni l’auteure, mais lorsqu’on me l’a offert à Noël j’ai tout de suite été intriguée par le résumé et la couverture aux couleurs contrastées. Je ne savais pas trop dans quoi je m’embarquais en débutant ce roman, mais j’en suis ressortie très touchée et émue…

Ivy, quinze ans, vit sur la plantation de tabac où elle travaille aux côtés de sa sœur aînée et de leur grand-mère. Ivy n’a pas la vie facile entre son travail éprouvant, l’enfant de sa sœur dont elle s’occupe régulièrement et Nonnie, la grand-mère, qui souffre de rhumatismes importants et de diabète. Ivy n’a donc absolument rien à voir avec Jane, fraîchement mariée et heureuse. Jane, en quête de plus de dépendance, réussit à décrocher le job d’assistante sociale ce qui ne va pas tarder à lui attirer les foudres de son entourage. Toutefois Jane va rapidement se sentir indispensable pour les familles qu’elle aide et elle va se prendre d’affection pour la jeune Ivy. Alors, lorsqu’elle apprend la terrible machination qui se cache derrière l’aide sociale, Jane est révoltée et refuse de laisser un si terrible dessein s’abattre sur la jeune Ivy. Envers et contre tous, Jane va donc mener un véritable combat pour ses idéaux.

Avant toute chose, c’est le thème qui m’a agréablement surprise. En effet c’est quelque chose dont l’on parle extrêmement peu, et dont à vrai dire je n’avais pas réellement connaissance. Sans vous spoiler (puisque l’on apprend cela dès les premiers chapitres), il est question de la stérilisation chez les « faibles d’esprit », les pauvres et les épileptiques. J’ai trouvé courageux de nous parler d’un phénomène aussi peu connu, et en même très instructeur. Comme l’auteure le dit elle-même, ce récit est romancé, les personnages n’existent pas, néanmoins le quotidien d’Ivy dans les années 60 est le même que celui de milliers d’autres jeunes filles et jeunes hommes. C’est donc cette terrible réalité que nous livre Diane Chamberlain. Tout en simplicité et sans chichi, on plonge dans le roman aux côtés des deux héroïnes et on sait qu’on en ressortira grandi.

J’ai trouvé les personnages très touchants, et plus vrais que natures. J’ai été émue par le quotidien des habitants du Comté de Grace, pourtant l’auteure ne cherche pas à nous apitoyer, à nous faire pleurer sur le sort d’Ivy ou sur celui de sa sœur Mary Ella. On sent qu’elle nous dépeint ses personnages avec le cœur et cette sincérité qui est remarquable. Je me suis attachée à ce petit bout de femme qu’est Ivy, tellement je l’ai trouvée courageuse et forte. J’ai aimé sa simplicité, son côté franc et direct et la manière qu’elle a de s’occuper de ceux qui l’entourent. Jane est également un personnage qui m’a convaincue. Je l’ai trouvée tenace et têtue, j’ai aimé sa force et sa fierté d’être une femme. Jane est vraiment un personnage qui restera longtemps dans ma mémoire…

En tout cas, chaque personnage apporte son petit quelque chose au roman. Que ce soit la mystérieuse Mary Ella, la tempétueuse Nonnie ou encore la famille Jordan. Il y a des personnages que l’on aime immédiatement, d’autres que l’on déteste mais chacun apporte sa pierre à l’édifice.

Pour ce qui est de l’écriture, je tire mon chapeau bas à l’auteure. L’alternance des voix de Jane et d’Ivy est saisissante. J’ai été plus que charmée de voir comment chacune percevait l’autre, de voir comment Ivy ressentait les visites de Jane, etc… Diane Chamberlain a fait un gros travail d’écriture pour ce qui est des deux jeunes femmes, car dans chaque chapitre on ressent leurs origines. Ivy est plus franche et pense avec moins de pincettes que Jane qui vient d’un milieu plus aisé. Pourtant c’est sans jugement que l’auteure confronte ces deux univers et c’est un excellent point pour Des Mensonges Nécessaires.

On pourrait croire que l’on se trouve face à une tranche de vie, néanmoins ce livre est bien plus que cela. En plus de nous exposer un thème dont j’ignorais presque tout, ce roman est également une ode à la liberté de la femme, à l’amitié et au libre arbitre. Outre la beauté du message délivré, on vibre aux côtés des personnages, de leurs aventures et du suspense qu’a réussi à instiller Diane Chamberlain dans son livre. Je suis vraiment fière et heureuse d’avoir lu ce roman qui restera dans ma mémoire. Je le recommande chaudement en tout cas !

Bilan: Une superbe lecture, très instructrice et touchante! A lire d’urgence!

Note: 9/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s