Le Maître des Illusions, de Donna Tartt

Résumé: En décrochant une bourse à l’université de Hampden, dans le Vermont, Richard Papen ne laisse pas grand chose derrière lui : la Californie, qui lui déplaît ; son adolescence, faite de souvenirs incolores ; et ses parents, avec qui il ne s’entend pas. Hampden est une porte de sortie inespérée, l’opportunité de vivre une nouvelle vie. Passées quelques semaines, il est bientôt attiré par un professeur atypique, Julian Morrow, esthète capricieux qui enseigne les lettres classiques à cinq étudiants apparemment très liés. Contre l’avis de ses professeurs, il tente de s’introduire dans le groupe de ces jeunes gens marginaux sur qui courent les plus folles rumeurs. Et il est loin d’imaginer ce que lui coûtera sa curiosité.

Mon avis: Wow. Bon… Que dire sur un tel livre ? Ça fait des années que j’ai envie de lire Le Maître des Illusions mais j’étais quand même rebutée par sa taille (bon j’avais surtout ouï dire que le style était un peu lourd et 800 pages, c’est quand même un beau bébé !). Ça faisait donc un moment qu’il trainait dans ma PAL sous sa magnifique édition collector et que j’ai décidé de l’en sortir sur un coup de tête ! Et qu’est-ce que j’ai bien fait ! 😀

Richard, étudiant boursier à la vie monotone et ennuyante, est soudain pris d’intérêt pour la prestigieuse université d’Hampden. Après s’être redirigé plusieurs fois dans ses études, il semble sur la bonne voie en intégrant ce campus et la filière littéraire. Mais un seul et unique cours l’intéresse réellement : celui donné par un professeur mystique à un groupe très restreint d’étudiants. Richard est déterminé à entrer dans ce cours de grec ancien, mais il est loin de se douter que le Mal rôde partout…

On se retrouve avec des personnages à la personnalité extrêmement fouillée et complexe. On a donc:

– Richard, le plus « niais » du groupe. Si son innocence le caractérise au départ, il va grandement évoluer et cette évolution constante à l’image du groupe est très intéressante à suivre !

– Henry, le plus fascinant et mystique de tous ! C’est celui qui sait garder son sang-froid en toutes circonstances. Il est glaçant, perturbant à souhait… Je l’ai adoré !

– Francis. Il est étrange et décalé, mais j’ai été séduite par cet hypocondriaque fragile et instable.

– Charles et Camilla. Ils sont adorables au départ, mais se révèlent bien différents par la suite. Un couple indissociable qu’on adore et qui ensorcelle.

– Bunny. Honnêtement, il fait tâche dans le groupe : c’est le moins sérieux, le petit « rigolo » qui fait sans cesse des blagues bien lourdes et des sous-entendus gênants. Sa personnalité reste plutôt barbante mais on comprend tout à fait son comportement vis-à-vis de chacun des autres personnages.

– Julian. C’est le professeur que j’attendais au tournant mais il se révèle absent et peu attachant, je ne l’ai pas apprécié.

Le style de Donna Tartt est assez long et compliqué, mais envoûtant. Son écriture est parfois lourde et traîne en longueur sur des détails mais l’ambiance demeure pesante, malsaine et dérangeante jusqu’au point final! Ce n’est pas ce que j’ai préféré dans ce roman mais c’est clairement ce qui fait son charme. En dépit de quelques petits soucis de traduction, on est scotché par le travail de l’auteure qui fait preuve d’un tel développement sur tous les points ! La psychologie des personnages est parfaitement détaillée et travaillée, certaines scènes-clés sont poussées à l’extrême, on a droit à de belles analyses de textes grecs (oui bon il faut s’y intéresser un minimum c’est sûr !). Tous les chapitres sont très longs (une moyenne de 100 pages par chapitre, mais c’est souvent plus !) mais on est tellement plongé dans leur quotidien qu’il est impossible de s’en défaire.

L’histoire n’est pas vraiment celle que j’imaginais car attention il y a un risque de tromperie à cause du titre ! Préférez le titre VO The Secret History qui correspond bien mieux au roman… Dès le prologue, on sait l’événement majeur qui va se passer, mais ce n’est pas dérangeant du tout, au contraire : on veut savoir comment ils en arrivent là, et pourquoi. L’ambiance est pesante et oppressante. J’ai été totalement dérangée et perturbée par cette petite ville du Vermont et par ce campus select des années 80/90 où l’alcool et la drogue sont monnaie courante. Déchéances, dépravations et décentes aux enfers sont au rendez-vous. Et c’est passionnant ! On se demande sans cesse jusqu’où ils vont aller ! Iront-ils jusqu’au point de non-retour ? Ce suspense rend le tout très addictif, et les scènes du « quotidien » de ces jeunes étudiants ne nous barbent pas du tout ! Il faut dire qu’on ressent une certaine fascination morbide à s’immiscer dans leurs relations malsaines et dérangeantes, dans leur amitié qui dépasse la norme. On ressent également un vif intérêt pour ce qui les passionnent: le grec et ses interprétations, la mythologie, etc… Ayant fait du grec ancien je comprenais très bien leur attirance pour cette langue ancienne. La fin du Maître des Illusions est parfaite, étrangement belle et mélancolique, comme le reste. J’adhère !

Cela m’a donnée envie de lire un autre roman de cette auteure de talent (Le Chardonneret par exemple). Je retiendrai de ce roman toutes les émotions contradictoires que j’ai pu ressentir lors de ma lecture : un début assez lent auquel j’ai eu du mal à accrocher mais une suite bien trop addictive pour que je n’accroche pas ! Les personnages sont tellement décalés par rapport à ce que je peux lire ailleurs… J’en ressors donc étrangement déboussolée, perturbée par cette lecture éprouvante qui nous laisse peu de répit.

Bilan : Un petit pavé qui devrait être un classique. Une écriture certes lourde et longuette par moment, mais des personnages tellement charismatiques et tout en relief, une atmosphère fascinante et dérangeante… A lire !

Note : 8.5/10

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le Maître des Illusions, de Donna Tartt »

    1. Je te comprends ^^ après ça reste quand même un livre assez spécial, du genre qu’on aime ou qu’on n’aime pas… Sait-on jamais si tu le trouves un jour d’occasion? 😉

      1. j’ai fini par le lire! je ne suis pas convaincue complètement mais je suis d’accord, c’est un genre de classique à sa manière ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s