Reflex, de Maud Mayeras

Résumé: Iris Baudry est photographe de l’identité judiciaire. Disponible nuit et jour, elle est appelée sur des scènes de crime pour immortaliser les corps martyrisés des victimes. Iris est discrète, obsessionnelle, déterminée. Elle shoote en rafales des cadavres pour oublier celui de son fils, sauvagement assassiné onze ans auparavant. Mais une nouvelle affaire va la ramener au coeur de son cauchemar : dans cette ville maudite où son fils a disparu, là ou sévit un tueur en série dont la façon d’écorcher ses victimes en rappelle une autre. La canicule assèche la ville, détrempe les corps et échauffe les esprits, les monstres se révèlent et le brasier qu’Iris croyait éteint va s’enflammer à nouveau dans l’objectif de son reflex.

Mon avis : Reflex ou comment un livre que j’étais persuadée d’aimer se révèle être une déception… Au vu de tous les avis positifs et élogieux que l’on peut trouver sur la toile à propos de ce roman, je n’avais pas de doute sur le fait que j’allais A-DO-RER. Je suis sans cesse à la recherche d’un bon thriller ou d’un bon polar pour me changer de mes lectures fantasy ou Young Adult, mais là j’ai juste l’impression de mettre fait voler sur toute la ligne…

Iris Baudry, photographe spécialisée dans la scène de crime, ne s’est jamais vraiment remise de l’assassinat sauvage de son fils, survenu onze ans plus tôt dans sa ville natale. Iris a tout quitté mais n’a jamais tenté de refaire sa vie après le drame et se noie dans le travail. Alors qu’un jour elle est amenée à photographier une scène de crime qui a eu lieu dans la ville de ses cauchemars, les vieux démons d’Iris vont ressurgir plus violents que jamais…

Tout d’abord, si j’ai eu l’impression d’être trompée c’est en partie à cause du résumé qui stipule clairement que le tueur du petit garçon d’Iris sévit de nouveau. Je m’imaginais donc une enquête pour découvrir l’identité du meurtrier, des enquêteurs qui ne lâchent rien, un rythme soutenu avec des suspects louches et des habitants pas nets dans cette ville glauque. Et bien je n’ai rien eu de tout ça, puisqu’il n’y a ni enquête, ni tueur avec le même mode opératoire. Ce n’est pas un spoil du tout, puisqu’on s’en rend compte dès les premières pages. J’ai donc longtemps attendu cette fameuse enquête et ces nouveaux meurtres mais j’ai commencé à sérieusement en douter quand j’ai dépassé la page 200. Adieu enquête et suspects, adieu meurtre et suspense…

Au lieu de cela je me retrouve avec un thriller psychologique. Bon, jusque-là tout va bien j’aime aussi les thrillers de ce genre. Mais ce qui n’est pas passée, c’est l’héroïne. J’en ai fait une indigestion. Je n’ai pas réussi à m’attacher à elle malgré le drame qu’elle avait subi tant elle est instable et pas nette du tout. Parfois je l’aurais giflée ! Non mais oh! Je n’ai pas toujours compris pourquoi elle réagissait de telle manière, ni même quand elle refusait de bouger le petit doigt. A croire que ce roman voulait me faire enrager de ne pas m’emmener là où je voulais aller ! Les personnages secondaires ne sont pas assez travaillés selon moi, en particulier la mère d’Iris qui m’intriguait assez…

Bon je peste comme une vilaine mégère, mais si j’ai quand même terminé ce roman c’est parce que quelque chose m’y a accrochée. L’atmosphère est indescriptible : glauque, pensante, quasi irrespirable sans pour autant qu’il ait des éléments de cette sorte. Ça m’a bien plu pour le coup ! Ce qui m’a aussi séduite, c’est l’écriture de l’auteure qui nous fait parvenir les états d’âme d’Iris de façon percutante, et même si je n’ai pas aimé ce personnage on ne peut être qu’admiratif du travail de Maud Mayeras qui rend ce personnage à la fois fascinant et flippant.

L’originalité de ce thriller réside sans conteste dans son alternance d’époque. En effet, des chapitres se passant antérieurement se sont glissés entre ceux dont Iris est la narratrice. Ces chapitres débutent en 1919 et se poursuivent dans le temps. J’avoue avoir été plus intéressée par ce qui se passait dans ces chapitres-là. J’avais vraiment hâte de les retrouver ! Et si au départ on se demande où veut en venir l’auteure, une fois qu’on a saisi on se rend compte du coup de maître dont elle a fait preuve !

Ce qui pèche pour moi, c’est le manque d’intrigue et le manque d’action. Vu qu’il n’y a pas d’enquête, on peut s’attendre à ce qu’il se passe des choses avec Iris, des choses qui nous font frissonner, angoisser, flipper… Mais non rien ! Iris, en dépit de sa personnalité particulière, subit les événements plus qu’elle ne les vit… Du coup le rythme est plutôt lent et décevant.

Si de nombreuses personnes ont été surprises par la fin, je dois dire que je ne m’y attendais pas non plus ! L’effet de surprise est réussi, c’est certain ! Mais j’aurais aimé être encore plus surprise et avoir davantage d’explications. Il me manquait un peu de crédibilité pour y croire, malheureusement. Le dernier chapitre, censé nous porter le coup de grâce ne m’a pas lui non plus surprise, je m’y attendais quelque peu au vu de certains éléments.

Bilan : un thriller psychologique à la construction originale et à l’atmosphère bien glauque, mais il n’y a aucune une intrigue et peu d’action et la fin manque de crédibilité. A éviter pour les fans de thrillers psychologiques qui risqueraient d’être déçus…

Note : 6/10

Publicités

6 réflexions au sujet de « Reflex, de Maud Mayeras »

    1. Je pense sûrement que c’est ça qui a fait que cette lecture m’a déçue… Tout le monde en disait tellement de bien! Tu peux toujours tester, après tout beaucoup ont été bluffés par ce livre 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s