Meurtres pour Rédemption, de Karine Giebel

Résumé: Si jeune, Marianne devrait être insouciante et rêver à l’avenir, des projets plein la tête. Mais son seul rêve, c’est la liberté. Car Marianne est en prison. Perpétuité pour cette meurtrière. Indomptable, incapable de maîtriser la violence qui est en elle, Marianne refuse de se soumettre, de se laisser briser par l’univers carcéral sans pitié où elle affronte la haine, les brimades, les coups, les humiliations. La tête haute, toujours. Elle s’évade parfois, grâce à la drogue qu’elle paye en nature, grâce aux romans qu’on lui laisse lire, grâce à ses souvenirs aussi. Grâce au bruit des trains, véritable invitation au voyage. Elle finit par apprendre l’amitié, la solidarité, et même… la passion. Mais sans aucun espoir de fuir cet enfer, hormis dans ses rêves les plus fous. Et puis un jour, l’inimaginable se produit. Une porte s’ouvre au parloir. Trois hommes, trois flics lui proposent un odieux marché, lui offrant une possibilité de quitter ce purgatoire. Mais en échange de sa liberté elle devra tuer pour eux.

Mon avis: Meurtres pour Rédemption, c’est sans aucun doute le roman de Karine Giebel que les lecteurs préfèrent. Ils s’accordent à dire que c’est un roman choc dont on ne peut sortit indemne… Et bien je les rejoins désormais!

Marianne a 20 ans, mais elle est déjà condamnée à perpétuité pour meurtres. Aucun espoir de sortie, si ce n’est dans ses rêves où elle s’imagine à bord d’un train ou bien grâce à la drogue. Alors qu’elle vit chaque jour le pire dans cet enfer carcéral entre les matons, qui prennent un malin plaisir à la torturer de multiples façons, et les autres prisonnières, Marianne entrevoit un espoir lorsque trois mystérieux flics viennent lui rendre visite au parloir. Ils lui proposent un étrange marché: la liberté contre une chose qu’ils refusent de lui révéler. Marianne n’est pas dupe, ils lui demandent de tuer à nouveau. Mais comment accepter un tel marché lorsqu’elle ne rêve que de rédemption?

Ce roman, on pourrait le résumé en un mot: Marianne. Plus que le personnage principal du livre ou le fil conducteur de l’histoire, Marianne est un personnage comme il nous est rarement donné de rencontrer. Elle est éclatante, flamboyante, explosive. Elle bouillonne d’une telle rage, la violence est pour elle comme une seconde peau, une carapace indestructible qui mord, frappe, détruit tout ce qui l’approche. Marianne est comme un fauve dangereusement mortel qu’on ne peut apprivoiser mais qui nous attire irrémédiablement. Marianne, c’est un poison douloureux et délicieux à la fois, qui nous blesse, nous fait souffrir mais qu’on adore et dont on est accro. Ce personnage, je l’ai adoré outre mesure et je reste encore bouche bée face à lui…

Les personnages secondaires ne sont pas non plus en reste! Je pense notamment à Daniel, le maton qui nous perturbe dès la première rencontre et qui nous remue les tripes, à Franck, le flic plus que borderline qui peut faire preuve d’un aussi grand self-control que d’une impressionnante violence. Et après il y a bien d’autres qui nous révulsent, nous attendrissent, nous serrent le cœur,  nous intriguent, nous font peur… En bref, une belle palette de personnages à la Giebel qui encore une fois a réussi à créer des personnages extraordinaires, hauts-en-couleurs, qui nous bouleversent…

L’écriture est fantastique. Les mots nous bousculent, nous percutent avec une telle force! On en ressort tout échevelé, essoufflé comme après une course de fond et vraiment déboussolé. Mais c’est aussi une écriture qui nous touche, nous émeut… On est pris aux tripes du début, de la première rencontre avec Marianne, jusqu’à la dernière phrase…

En ce qui concerne l’intrigue, elle est divisée en deux parties, la première et la deuxième étant très différentes mais tout aussi intéressantes. Être témoin de l’enfer carcéral, c’est assez terrible, révoltant, mais enivrant à la fois. On ne peut pas s’empêcher que de continuer, de tourner les pages malgré l’ambiance très pesante, dure, glauque qui nous met extrêmement mal à l’aise. On tombe rapidement addict de Meurtres pour Rédemption et du personnage hors du commun de la jeune Marianne. On a tellement envie de connaître le fin mot de l’histoire, cette fin inévitable qui nous déchire le cœur et l’âme… Est-ce que j’ai pleuré? Oui, beaucoup… Comme à chaque Giebel! Mais là, c’était vraiment une fontaine sans fin… Je sais bien que j’ai la larme facile quand je lis, mais là…! Ce que je retiendrai de cette lecture c’est sans aucun doute le personnage de Marianne, l’un des plus abouti qu’il m’ait été donné de lire ♥

Bilan: Wouah! Coup de cœur! Une claque magistral (sur les deux joues)! A lire si ce n’est pas encore fait, au moins pour l’univers carcéral qui nous est dépeint et avant tout pour le personnage fabuleux de Marianne.

Note: 9.5/10

Publicités

5 réflexions au sujet de « Meurtres pour Rédemption, de Karine Giebel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s