Le Chuchoteur, de Donato Carrisi

Résumé : Cinq petites filles ont disparu. Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. Au fond de chacune, un petit bras, le gauche. Depuis le début de l’enquête, le criminologue Goran Gavila et son équipe ont l’impression d’être manipulés. Chaque découverte macabre les mène vers un assassin différent. Lorsqu’ils découvrent un sixième bras, appartenant à une victime inconnue, ils appellent en renfort Mila Vasquez, experte en affaires d’enlèvements. Dans le huit clos d’un appartement, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire…

Mon avis : Après le Purgatoire des Innocents, je continue sur ma lancée en entamant un nouveau thriller : Le Chuchoteur et encore une fois, ce roman fait fort et est un petit coup de cœur !

Goran Gavila, un grand criminologue, piétine depuis plusieurs jours sur une enquête qui commence à prendre de plus en plus d’ampleur. Après les enlèvements de cinq fillettes et la macabre découverte dans une clairière de six petits bras gauches, Mila, spécialiste en enlèvement, est assignée à l’affaire et doit se faire une place dans l’équipe de Goran, déjà très soudée. Alors qu’ils mettent tout en œuvre pour découvrir qui est la sixième disparue, l’équipe est menée par le bout du nez par le tueur qui semble trop habile pour se laisser prendre. Quel est son message ? Qui est la sixième fillette kidnappée ? Et si la volonté de l’assassin était tout autre malgré les apparences ?

Honnêtement, j’ai été très vite happée par le récit. L’auteur nous jette en plein dedans avec la découverte des membres découpés et après on enchaîne très vite avec la suite de l’intrigue. Il n’y a aucun temps mort ! Et je reconnais que j’ai apprécié d’être royalement brinquebalée entre fausses pistes et autres enquêtes, car oui il n’y a pas qu’une enquête au fond ! Et au final, tout se regroupe et j’étais assez fascinée par l’habilité de l’auteur qui a réussi à créer quelque chose d’aussi parfait. Jusqu’au bout on reste dans le flou et impossible de deviner le fin mot de l’histoire.

Le style d’écriture est assez agréable, puisque sans avoir la capacité à nous faire sentir comme au cinéma comme dans les romans de Sire Cédric, elle est malgré tout très précise sur les points de description et même si on nous épargne certains éléments qui auraient pu nous paraître gores, l’horreur est très présente sous l’aspect psychologique. Donato Carrisi a donc faire un travail de maître en traitant un récit très sombre sans le rendre grotesque en nous exposant du sang et de la chair à toutes les lignes ! L’enquête est quant à elle très bien ficelée, car j’avais presque l’impression de faire partie de l’équipe et de chercher également des indices (rassurez-vous, j’étais très loin de la vérité). Dans ce petit pavé de quasi 600 pages, on ne s’ennuie jamais et les chapitres ont une taille très raisonnable avec une moyenne d’environ de 8 à 10 pages. Donc on tourne les pages extrêmement rapidement et on perd la notion du temps extérieur tellement on est pris dans le récit (au point de lire jusque trèèèèèès tard dans la nuit ^^).

Enfin, je tire aussi mon chapeau à Monsieur Carrisi pour avoir en plus réussi à intégrer des personnages ultra captivants dans son histoire. Si dans certains polars comme dans la Trilogie du Mal de Chattam l’intrigue écrase un peu les personnages, ici leur personnalité est parfaitement travaillée et on remarque que l’auteur adresse une importance toute particulière à l’aspect psychologique. Je me suis très vite attachée à l’équipe entière. Goran est le parfait criminologue un peu perturbé sur les bords. De toute façon pour pouvoir penser comme les tueurs en série, ils doivent tous être un peu givrés non ? lol Ce père célibataire est assez attendrissant et on sent qu’il est un peu le pilier de l’équipe. Mila, la nouvelle du groupe, fait preuve d’une froideur assez déconcertante au départ mais ensuite quand on apprend à la connaître on ne peut que tomber sous le charme de sa personnalité complexe ! Boris, le grand dragueur, Stern, l’ancien au grand cœur ou bien encore Rosa, froide et provocatrice sont eux aussi attachants à leur manière et les suivre fut un réel plaisir !

Bilan : Pour conclure, c’est un roman qui se lit très vite tellement on est happé dedans, sans pour autant qu’on en devine la fin ! Et les personnages sont eux aussi à couper le souffle. Un petit coup de cœur ! Et on a qu’une envie : lire L’Ecorchée qui se passe sept ans après le Chuchoteur.

 Note : 9.5/10

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le Chuchoteur, de Donato Carrisi »

    1. Ah d’accord! Mais j’ai en fait l’impression que les avis sont assez partagés: que certains ont préféré et d’autres moins aimé que le Chuchoteur. A voir donc 😉

  1. J’ai adoooooré ce livre !! Tellement addictif ! Je suis un peu restée sur ma fin ; entre nous, c’est une fausse fin 😛 En tout cas j’ai hâte de lire la suite 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s