Purgatoire des Innocents, de Karine Giebel

Résumé: Je m’appelle Raphaël, je viens de passer 14 ans de ma vie derrière les barreaux. Avec mon frère, William, et deux autres complices, nous avons dérobé 30 millions d’euros de bijoux. Ç’aurait dû être le coup du siècle, ce fut un bain de sang. Deux morts et un blessé grave. Le blessé, c’est mon frère. Alors, je dois chercher une planque sûre où Will pourra reprendre des forces.
« Je m’appelle Sandra. Je suis morte il y a longtemps dans une chambre sordide. Ou plutôt, quelque chose est né ce jour là… »
Je croyais avoir trouvé le refuge idéal. Je viens de mettre les pieds en enfer.
« Quelque chose qui parle et qui marche à ma place. Et son sourire est le plus abominable qui soit… »

Mon avis: Après deux jours de passage à vide, je me demandais si j’allais retrouver ma motivation tout de suite ou pas. Mais heureusement que je me suis lancée dans le Purgatoire des Innocents ! J’ai été reboostée au maximum et au final, impossible de m’arrêter de lire ce pavé de 600 pages que j’ai littéralement dévoré en peu de temps !

Raphaël Orgione a 42 ans, il est fiché au grand banditisme et a passé près de quatorze années derrière les barreaux. Pourtant rien ne l’arrête et il prépare même le casse du siècle dans une bijouterie de luxe avec son jeune frère de 28 ans et deux amis. Pourtant s’ils arrivent à s’emparer d’un gros butin, tout tourne mal : William, le petit frère de Raphaël, est touché par balle et se vide de son sang et un flic est touché. Raphaël décide de prendre la fuite vers un petit patelin perdu et décide de prendre une vétérinaire, Sandra, comme otage pour tenter de soigner Will. Et si cependant Sandra n’était pas ce qu’elle prétendait être ? Et si en pensant s’être réfugiés en lieu sûr, ils s’étaient retrouvés en enfer ?

J’ai immédiatement accroché à ce roman, tout d’abord grâce aux personnages qui sont juste terribles. Karine Giebel les a tellement travaillés ! Raphaël est assez brut et provocateur, on a l’impression qu’il ne connait aucune limite. Je me suis vraiment attachée à ce personnage, qui malgré tout fait tout pour sauver son petit frère. Will, quant à lui, est très différent de Raphaël. Il est plus doux et même un peu candide, même s’il a été complice du braquage. Malgré ses 28 ans, il garde un petit côté enfant et ce personnage m’a lui aussi bien plu. Par contre Sandra est un personnage bien plus complexe. On a du mal à la cerner, et ce jusqu’au bout. Je ne peux malheureusement pas trop en dire sans spoiler, comme c’est aussi le cas de Patrick. Malgré tout, ces deux personnages sont très fouillés et recherchés, et criant de réalisme.

Du côté des personnages secondaires, Chrystel restera une énigme jusqu’au bout et Fred est le reflet parfait du braqueur brut et bagarreur. Même s’ils sont moins présents, on s’attacherait presque à eux et l’auteure ne les a pas du tout négligés. Jessica et Aurélie sont deux adolescentes attendrissantes, mais une fois encore, je ne peux pas trop en parler sans dévoiler certaines ficelles de l’intrigue.

Une chose aussi m’a captivée dès le début : l’écriture. Karine Giebel manie parfaitement sa plume et jongle aisément entre les points de vue à la troisième personne. J’ai adoré voir l’action de tous les côtés ! Son style est très fluide et donc très prenant ! On est comme envoûté par tout ça et impossible d’arrêter notre lecture ! En plus les chapitres sont assez courts, alors forcément… Je tire donc mon chapeau à l’auteure.

Maintenant venons-en aux faits : le suspense, l’intrigue, bref tout ce qui fait un bon thriller. Encore une fois c’est un sans-faute pour Mme Giebel. Au début, on se demande bien quel peut être le lien entre les deux histoires parallèles qu’on nous conte et lorsqu’on fait le rapprochement, on tombe de haut ! Le suspense monte quant à lui crescendo ce qui titille méchamment nos nerfs. Franchement, j’ai eu très peur pour les personnages tellement souvent ! Giebel nous plonge dans l’horreur après un tiers de lecture, ce qui arrive tout de même très vite malgré tout. Si certaines scènes sont plus insoutenables que d’autres, on ne peut pas rester insensible c’est sûr. Honnêtement, elle décrit tellement bien que certaines choses étaient à la limite du supportable (surtout que dans ma tête, je voyais parfaitement tout ce dont elle parlait !). Enfin, la fin est pour moi le dénouement parfait. On ressort de cette lecture déchiré et tremblant. J’avais l’impression d’être comme en transe pendant le Purgatoire des Innocents tellement j’étais à fond dedans…

Bilan: Impossible de s’arrêter, brillant à souhait…  Coup de cœur!

Note: 9.5/10

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Purgatoire des Innocents, de Karine Giebel »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s