La Déclaration, tome 1: L’Histoire d’Anna, de Gemma Malley

déclaration

Résumé: Angleterre, 2140. Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s’ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hall un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n’auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n’a plus de parents désormais. Confinée dans l’enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute. Anna a tout oublié de son passé. Jusqu’au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?

Mon avis: Beaucoup d’avis positifs, un résumé intriguant, un univers qui semble intéressant, j’étais certaine d’aimer. Alors je suis tombée de haut quand j’ai vu que cette lecture ne me captivait pas pour un sou…

Anna est ce qu’on appelle une Surplus. Une enfant qui n’aurait pas dû naître. Depuis la découverte d’un remède contre la vieillesse et les maladie, les adultes ne meurent plus. Toutefois la planète s’est rapidement retrouvée surpeuplée. C’est ainsi qu’est née la Déclaration, cette loi qui interdit tous les adultes de se reproduire. Cependant certains dérogent à cette règle et mettent au monde des enfants, considérés comme des Surplus. Ils leur sont alors immédiatement confisqués, puis exterminés ou placés dans des sortes de foyers pour les plus chanceux. Anna fait partie de ceux-là. Elle est une Surplus, destinée à se rendre utile aux adultes, de rembourser en quelque sorte la dette qu’est sa vie. Anna accepte entièrement sa condition, qu’elle va même jusqu’à juger de juste, mais lorsque Peter arrive au Foyer, il va faire voler en éclats toutes ses certitudes…

Un résumé alléchant non? Et pourtant, même si le roman n’est pas mauvais en soi, je me suis ennuyée durant les 3/4. Le début est très long à se mettre en place, on nous balance à la figure des termes compliqués tels que « Surplus », « Légaux », « La Déclaration », « La Longévité » dont on ne comprend rien au départ. J’ai donc été déboussolée, même si ils sont très bien expliqués par la suite.

Ce qui a coincé aussi, ce sont les personnages. En effet Anna m’a agacée. J’ai eu souvent envie de la secouer pour la réveiller, de lui crier dessus. Elle ne m’a pas séduite, ni attendrie, mais simplement énervée. Peter aurait pu être attachant, mais je l’ai trouvé pas assez développé malheureusement. Leur histoire d’amour ne m’a pas séduite du tout. En ce qui concerne les personnages secondaires, c’est le néant. Aucun n’a retenu mon attention…

Comme je le disais plus haut, je me suis ennuyée pendant cette lecture, notamment à cause de la lenteur du récit et du manque d’action. Cette dernière n’est à l’œuvre que dans le dernier tiers du roman, ce qui m’a permis de m’accrocher jusqu’au bout. La fin m’a tout de même surprise et a réussi à retenir mon attention, malgré son côté « tiré par les cheveux ».

Malgré tout, l’écriture est agréable et c’est intéressant de mêler le récit à la troisième personne avec les pages du journal d’Anna. De plus, l’univers reste intéressant avec l’idée d’immortalité.

Bilan: Un univers intéressant, mais des personnages agaçants ou trop peu exploités et des passages ennuyeux. Je ne pense pas lire la suite.

Note: 5.5/10

Publicités

2 réflexions au sujet de « La Déclaration, tome 1: L’Histoire d’Anna, de Gemma Malley »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s