Phænix, tome 1: Les Cendres de l’Oubli, de Carina Rozenfeld

phænix

Résumé: Elle a 18 ans, il en a 20. À eux deux ils forment le Phænix, l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Mais avant de le devenir, ils devront se retrouver et s’unir dans un amour pur et éternel… Depuis l’origine du monde, le Phænix meurt et renaît perpétuellement de ses cendres. L’être fabuleux est constitué de deux âmes sœurs. À chacune de ses résurrections, ses deux moitiés doivent se retrouver et s’aimer pour reformer l’oiseau légendaire. Car lui seul a le pouvoir d’éloigner les menaces qui pèsent sur l’humanité. Malheureusement, les deux amants ont été séparés et l’oubli de leurs vies antérieures les empêche d’être réunis… Aujourd’hui, dans le Sud de la France. Anaïa a bientôt dix-huit ans. Elle a déménagé en Provence avec ses parents et y commence sa première année d’université. Passionnée de musique et de théâtre, Anaïa mène une existence normale. Jusqu’à cette étrange série de rêves troublants dans lesquels un jeune homme lui parle et cette mystérieuse apparition de grains de beauté au creux de sa main gauche. Plus étrange encore : deux garçons se comportent comme s’ils la connaissaient depuis toujours… Bouleversée par ces événements, Anaïa devra démêler le vrai du faux, comprendre qui elle est vraiment et qui saura la compléter. Elle devra souffler sur les braises mourantes de sa mémoire millénaire pour redevenir elle-même. S’ouvriront alors les portes d’une nouvelle réalité dans laquelle amour et fantastique sont étroitement liés.

Mon avis: La Collection R a encore frappé 😀 Tout d’abord je tire mon chapeau pour la couverture! C’est vrai que cette collection se donne toujours à fond sur les couvertures, pour que celles-ci soient les plus fidèles à l’univers. Donc c’est encore une nouvelle fois une réussite!

Le roman débute sur un nouveau départ: celui d’Anaïa partit vivre avec ses parents dans un mas en Provence. Elle va intégrer une université de Lettres Modernes et d’arts. Totalement stressée par cet univers nouveau pour elle, elle va rapidement trouver ses marques, notamment grâce à Garence, une amie d’enfance qu’elle vient de retrouver. Tout pourrait aller pour le mieux si elle ne faisait pas sans cesse le même rêve étrange, si elle n’avait pas de mystérieux grains de beauté qui surgissent au creux de la main comme par magie et si deux mystérieux garçons ne se comportaient pas de manière si énigmatique avec elle…

Anaïa est une héroïne simple, terre à terre, passionnée de musique. Vu qu’elle est étudiante, son comportement est plus mature que certaines héroïnes. Elle ne s’embarrasse pas de superflu, elle reste elle-même tout du long. C’est ce que j’ai aimé chez elle. Garance, sa nouvelle meilleure amie, est une amie comme on pourrait en rêver. Attentive, compréhensive, toujours là pour Anaïa, c’est un véritable soutien pour la jeune fille qui va vivre des événements plus que bouleversants! Et puis bien sûr il y a Eidan, un être taciturne, sombre et ultra mélancolique, passionné de musique lui aussi. A la tête d’un groupe de rock, il va tout au long du roman interpréter des chansons, parfaitement choisies par l’auteure pour nous faire ressentir ses émotions et nous faire découvrir qui se cache derrière ce masque sombre. Enry, lui, est à l’opposé le plus total! Il est joyeux, souriant et amusant. Un vrai soleil! Et pourtant j’ai détesté ce personnage et ce dès le début. Je lui ai trouvé un comportement d’égoïste.

Le livre de Carina Rozenfeld fait preuve d’une grande part d’originalité. Tout d’abord la musique a une grande part dans le roman. En effet au travers des musiques choisies, on apprend à connaître les personnages mais aussi l’univers mythologique. Ce dernier est purement et simplement unique! J’ai adoré toutes les petites explications, qui sont bien différentes de ce que je m’attendais au final ^^ Cependant j’aurais aimé en savoir plus… Ce que j’ai aimé aussi, c’est qu’à chaque début de chapitre, on a une page facebook qui nous permet de voir les relations entre Anaïa et ses amis (nouveaux et anciens).

Un livre difficile de lâcher, mais qui m’a quand même fait tiquer à certains moments. Premièrement Eidan a les cheveux châtains aux pages 62 et 66 mais noirs à la page 96. J’opte pour les cheveux châtains. Deuxièmement l’histoire des grains de beauté est un peu tirée par les cheveux. Si ça m’arrivait à moi, j’irai directement chez le dermatologue surtout qu’Anaïa a plus de 13! Troisièmement, il y a une histoire d’e-mail, envoyé par une personne malveillante qui se serait fait passer pour un ancien ami parisien de la jeune fille. Sauf qu’à aucun moment on en reparle et on ne sait pas quel était le but de cet e-mail, ni qui l’avait au final envoyé…

Bilan: Un bon roman! Mais j’en attends plus pour le second et dernier volet, que j’ai hâte de lire avec cette fin!

Note: 7.5/10

Ce livre entre dans les challenges:

bannirechallenge2

challenge-young-adult

challenge-destins-de-femmes

Publicités

4 réflexions au sujet de « Phænix, tome 1: Les Cendres de l’Oubli, de Carina Rozenfeld »

    1. C’est aussi ce qui m’avait attiré à la base avec la superbe couverture, mais c’est vrai que je n’ai jamais terminé cette duologie, et je ne pense pas le faire un jour malheureusement 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s