Never Sky, tome 1, de Veronica Rossi.

Résumé: Les mondes les ont tenus séparés.
Le destin les a réunis.
Aria a vécu toute sa vie dans le dôme de protection de la Contemplation. Son monde entier a été confiné à ces lieux, elle n’a jamais pensé à rêver de ce qui se trouve au-delà de ces portes. Alors, quand sa mère disparait, Aria sait que ses chances de survivre dans ce désert à l’extérieur assez longtemps pour la retrouver sont minces. Aria rencontre ensuite un étranger nommé Perry qui est aussi à la recherche de quelqu’un. C’est aussi un sauvage mais il pourrait être son meilleur espoir de rester en vie. S’ils peuvent survivre, ils sont le meilleur espoir de l’un l’autre pour trouver des réponses.

Mon avis: Never Sky c’est un mélange à la fois d’originalité et de traditionnel. Le monde dans lequel vivent Aria et Peregrine est un monde séparé en deux: les Sédentaires, qui vivent constamment dans des univers virtuels grâce à leur SmartEye, et les Sauvages, qui vivent en dehors des capsules des Sédentaires, dans un monde ravagé par les pluies d’Ether.

Le roman alterne les points de vue entre Aria, cette jeune Sédentaire qui va se retrouver expulsée de sa capsule après avoir été accusé d’un crime dont elle n’est pas directement responsable, et Peregrine (Perry), un jeune sauvage qui a quitté son clan pour retrouver son neveu Talon, enlevé par les Sédentaires. L’auteure jongle habilement entre les deux, ce qui nous fait ressentir très bien les sentiments des deux personnages. Entre les deux, c’est un peu le choc des cultures. On a d’un côté une Aria très curieuse et à la fois effrayée par le nouveau monde qui l’entoure et un Perry, sauvage et renfermé. Au fil du livre, ils vont tous les deux évoluer. J’ai adoré le personnage d’Aria, même si je l’ai trouvé un  peu agaçant par moment, mais j’ai surtout adoré le personnage de Perry. Il semble fort et invinsible, alors qu’il est aussi très sensible.

Veronica Rossi a une rimbambelle de personnages secondaires tout aussi intéressants que les principaux. On a par exemple Roar, un ami de Perry, qui apporte une dose d’humour et de légéreté au roman et Cinder, un jeune garçon mystérieux, très peureux doté d’un don effrayant.

Ce roman a donc tout pour plaire. L’intrigue va crescendo, on est tellement pris par cette dernière que la fin nous prend de court! On ne s’y attend pas vraiment! Wouah! J’ai detesté la page: Sortie du tome 2 en automne 2013. C’est trop long!

Bilan: j’ai adoré! Une petite perle!

Note: 9/10

Ce livre entre dans les challenges:

Publicités

4 réflexions au sujet de « Never Sky, tome 1, de Veronica Rossi. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s