Le Miroir aux Vampires, tome 1, de Fabien Clavel.

Résumé: « Bérénice,
Ca y est, j’ai fait ma dernière rentrée à Augustin-Thierry, en internat cette fois. Rien de changé dans ce lycée : Cerise la peste et ses sous-fifres qui font baver les garçons, un beau gosse qui se prend pour Brad Pitt et quelques nouveaux. Parmi eux, il y a Nora, avec qui je partage ma chambre. Il y a aussi Léo. Je ne l’avais pas remarqué au début mais je crois qu’en fait il me plaît bien. Mais ce n’est pas pour ça que je t’écris… Écoute, Béré, il se passe des choses étranges dans ce bahut…On a incendié le foyer, je crois avoir une idée du responsable, mais je ne peux rien dire. Depuis, la sécurité a été renforcée et le lycée est en train de devenir une prison. Et moi, j’ai comme des apparitions, des sensations bizarres. Je t’ai parlé de Nora. Et bien, je ne sais pas pourquoi, mais quelque chose m’attire chez elle. Je me sens vraiment bien que lorsqu’elle est près de moi. Et ce n’est pas tout : il y a ce miroir dans notre chambre d’internat. Parfois, j’ai l’impression qu’il y a une connexion entre lui et moi. Tu crois que je suis vraiment dingue? »

Mon avis: Tout d’abord, je dois dire que la couverture m’a d’emblée séduite. Elle correspond bien avec le titre (normal on y voit un miroir!) et avec les révélations autour du personnage de Léa.

Le mythe des vampires est donc ici une nouvelle fois réutilisé, mais de façon origininale. Les vampires y sont présentés de manière plus sombre, car ils veulent prendre le contrôle du monde.

L’histoire se passe dans un lycée privé, et quand Léa n’est pas plongée dans ses études ou en train de courir dans la forêt derrière son lycée, elle se rend compte que quelque chose cloche dans le comportement des élèves et des professeurs et qu’ils portent tous des traces de morsures.

Je me suis facilement attachée au personnage de Léa, qui est pourtant une jeune fille simple, première de la classe, avec ses petits problèmes personnels comme tout le monde. Par contre, j’ai été très intriguée pas le personnage de Nóra, car on en sait très peu sur elle. Elle est très mystérieuse et ne parle quasiment jamais. Je suppose qu’on en apprendra plus sur elle dans les prochains tomes. Je n’ai pas très bien saisi sa relation ambigue qu’elle entretient avec Léa. On ne sait pas si elles sont simplement amies ou si elles s’aiment l’une et l’autre. Léo, lui, par contre, m’a énervée. Le mystère autour de lui n’a pas été assez exploité et c’est dommage. C’est « le gand méchant » du roman.

Le récit se présente sous la forme d’une trèèèèèèès longue lettre que Léa destine à sa soeur, Bérénice. Il est entre-coupé de « rapport » d’un vampire à son supérieur et de pages du blog de Cerise, une garce du lycée de Léa. J’avoue que j’ai trouvé ces dernières inutiles.

Il y a assez peu d’actions sauf dans les 50 dernières pages du coup on a l’impression que la chute est bien trop rapide comparé au rythme global du roman! Cependant les révélations sur les origines de Léa me donne envie de lire la suite.

Bilan: Un bon roman bien écrit, mais le rythme déstabilise un peu. L’originalité du mythe des vampires nous fait un peu oublier le manque de profondeur de Nóra et de Léo.

Note: 6.5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s